décembre 5, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

“Toutes les technologies sont bonnes.” Wojciech Jakobik parle de l’investissement de la Pologne dans l’énergie nucléaire – Bolsky Radio24

Duda Macron TT 1200.jpg

“La Pologne et la France sont des alliés et des partenaires.” Président après avoir rencontré Macron

Le vice-ministre du Développement et de la Technologie, qui a la pleine autorité du Premier ministre du Développement local, a été interrogé sur Arthur Sophon, DVB Information et autres. Le président Andrzej Duda a rencontré mercredi le président Emmanuel Macron pour une visite à Paris. Les entretiens des deux dirigeants ont porté sur les questions économiques, la coopération dans le domaine de la politique de défense, ainsi que la coopération entre les deux pays au sein de l’UE et la sécurité des frontières de l’Union.

– Aujourd’hui, nous vivons une situation de crise énergétique dans toute l’Europe, qui a des conséquences dramatiques pour les entreprises et les consommateurs individuels sous la forme d’une hausse des prix de l’énergie sur les marchés de gros en fin de compte – a rappelé Soboń. Cependant, comme il l’a souligné, « dans cette situation particulière, la Pologne est devenue un exportateur d’énergie malgré l’augmentation des prix en Pologne, malgré les coûts élevés de la certification ETS pour l’énergie du charbon ».

Selon lui, la raison de la situation actuelle est qu’« il y a une pénurie de gaz car l’approvisionnement est contrôlé par Moscou, et nous avons des sources renouvelables et des sources instables sous forme de temps venteux, ce qui provoque des pertes d’énergie, par exemple. Du vent”. “Enfin, l’abandon du nucléaire par des pays comme l’Allemagne ou l’Espagne indique une baisse de puissance dans le système européen”, a-t-il ajouté.

1200 andrzej duda Emmanuel Macron Pop (1) .jpg

READ  Seulement dans le masque sur le téléphérique - iFrance - France

A. Duda à Paris. Expert : la politique de la Pologne vis-à-vis de l’Union européenne est favorable à la France

“Nous parlons d’une voix commune”

“La France et la Pologne sont des alliés complets dans le climat énergétique actuel, montrant que le prix nucléaire basé sur le système européen est quelque chose qui est souhaitable pour la stabilité et la compétitivité des économies européennes”, a souligné Soboń. “C’est l’un des sujets les plus importants pour la coopération entre la Pologne et la France”, a-t-il expliqué. « Nous mettons fin aux vieilles controverses et ouvrons de nouvelles opportunités », a-t-il ajouté.

Le vice-ministre du Développement et de la Technologie a également rappelé que la France est actuellement l’un des pays clés de l’Union européenne et un partenaire clé de la Pologne. – Nous parlons d’une voix commune sur beaucoup de choses, et il est bon que cette voix soit entendue. Il est bon de mettre fin à nos problèmes passés avec une solution. Il a souligné que nous avons une nouvelle phase dans la relation polono-française.

Interrogé sur la politique climatique de l’UE, Soboń a déclaré que le paquet “Fit for 55” était un sujet important, “car il coûte cher et nécessite de nombreux investissements et des changements majeurs dans l’énergie et l’économie polonaises”. Il a estimé qu’il y avait des éléments dans cet ensemble qui étaient acceptables et méritaient d’être discutés. Cependant, il a noté qu'”il y a des éléments que nous ne pouvons en aucun cas accepter, tels que l’exclusion du gaz en tant que combustible pour la conversion vers l’industrie énergétique commerciale, c’est-à-dire l’exclusion pratique des unités à gaz et à vapeur”. .

READ  RMF en FM uniquement : la France cherche à désamorcer les tensions entre la Commission européenne et le gouvernement polonais

Système ETS

– Il s’agit d’une proposition de la Commission européenne, qui nécessite une législation et l’approbation des États membres et du Parlement européen. La Pologne aura des positions différentes sur ces différentes questions, a-t-il promis.
Interrogé sur le système ETS, le vice-ministre du Développement et de la Technologie a souligné que « la Pologne est l’un des pays qui estime que le système ETS européen doit être corrigé en raison de la nature spéculative des émissions sur les questions à l’ordre du jour européen. Droits”. “Aujourd’hui, ils sont très élevés”, a-t-il souligné.

“En tant qu’industries couvertes par l’EDS, nous devons payer plus de 60 euros par tonne d’émissions de CO2” – a-t-il souligné. – Si vous comptez cela dans le contexte de l’année dernière, l’année du gouvernement, c’est un peu peu fiable, mais en ce qui concerne la Pologne, supposons que 172,5 millions de tonnes d’émissions de CO2 dans diverses industries. Compter 60 euros chacun rapporterait 10 milliards d’euros – a-t-il calculé.

Comme il l’a insisté, “c’est une somme qui doit être complètement ajustée”. – Aucune économie ne peut le gérer. Ainsi, en ce qui concerne l’offre et la gamme de la CJE, la Pologne aura ses propres plans – a souligné Soboń.

pkur