octobre 25, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

Reporters sans frontières : il y aura plus de plaintes contre Pégase – i France – France

Article présenté : 5 octobre 2021

Les journalistes intenteront d’autres poursuites contre l’agence d’espionnage israélienne Pegasus ; Antoine Bernard, qui s’occupe des journalistes interceptés avec l’aide de Pegasus, pour le compte de l’organisation Reporters sans frontières (RSF) dans un tribunal parisien, affirme que le logiciel pourrait tomber entre les mains de la mafia et des criminels.

En juillet, les résultats d’une conférence de presse internationale de 17 médias ont été publiés, ce qui a permis au logiciel Pegasus de surveiller au moins 180 journalistes, 600 politiciens, trois présidents, 10 premiers ministres et un roi, et 85 militants des droits humains. Et 65 chefs d’entreprise de divers pays.

Avec l’aide de Pegasus, vous pouvez non seulement écouter les conversations du smartphone infecté, mais également accéder à d’autres données qui y sont stockées, par ex. Courriels, photos ou vidéos, appareils photo et microphones.

“Il est illégal d’utiliser Pegasus pour espionner des journalistes, des employés d’organisations internationales, des avocats ou des politiciens”, a souligné Bernard dans une interview au BAP.

RSF exige la transparence et la réglementation des licences de logiciels espions et l’accès à des informations complètes sur qui les utilise et à quelles conditions.


« Les logiciels espions comme Pegasus ne sont pas une nouvelle solution. Ce type de logiciel est utilisé par les entreprises, les services et les entreprises depuis de nombreuses années. Depuis l’année dernière, le FSC a demandé l’introduction de réglementations et de lois réglementant leur utilisation. Oui, la situation est similaire en France ou aux États-Unis », a expliqué l’avocat.

C’est une entreprise qui rapporte de l’argent et qui échappe au contrôle des institutions ou des autorités démocratiques – insiste le chercheur.

READ  TOKYO 2020 : un marathonien assomme toutes les bouteilles d'eau de ses concurrents. Morhad Amdavuni (France) a provoqué la colère. Doit-il être disqualifié ? Il y a un enregistrement vidéo

« Le cas Pegasus est cependant unique avec plus de 50 000 personnes fuites ici. Les clients de NSO (Pegasus Manufacturer – PAP) qui utilisent ce logiciel ont des contacts téléphoniques dans au moins 11 pays. Les victimes ont été identifiées », a précisé Bernard.

Selon RSF, les principaux clients de NSO sont : le Mexique, l’Inde, l’Azerbaïdjan, la Hongrie, le Maroc, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn.

« Des avocats français et un tribunal à Paris sont ouverts à nos auditions de presse. La France n’est pas le seul pays où une action en justice a été intentée. Entre autres, cette affaire est pendante devant un tribunal en Espagne », explique-t-il.

Il y aura plus de plaintes – insiste Bernard, s’attendant à ce qu’il y en ait plusieurs dizaines. Jusqu’à présent, des journalistes de sept pays les ont soumis.

Selon lui, l’interprétation officielle de l’ONS selon laquelle le Pégase a été créé pour aider les gouvernements à lutter contre le terrorisme est « le summum de l’hypocrisie ».

Les logiciels espions, dont Pegasus, pourraient tomber entre les mains d’organisations mafieuses et être utilisés par des criminels, estime Bernard, qui ne l’exclut pas, ce qui s’est déjà produit au Mexique. (BAP)



Très populaire

Voir également