octobre 25, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

Ministère français des Affaires étrangères : Nous voulons l’aide de la Chine pour redémarrer l’Iran…

La France a demandé jeudi à la Chine d’intensifier ses efforts pour persuader l’Iran de négocier avec Pékin le renouvellement de son accord nucléaire de 2015, a déclaré le ministère français des Affaires étrangères. Les négociations à Vienne sont suspendues depuis juin.

“Nous espérons que la Chine utilisera des arguments plus convaincants dans son propre dialogue avec Téhéran”, a déclaré Ann-Claire Legendre, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Il a ajouté que le retour de l’Iran aux pourparlers de Vienne “sans délai” était “le seul moyen de s’adapter à notre intérêt commun”.

“La France, ses partenaires l’Allemagne et le Royaume-Uni et les autres signataires de l’accord sont unis dans leur retrait urgent de l’Iran des pourparlers de Vienne pour une conclusion rapide”, a déclaré le porte-parole.

Joseph Borel, qui se trouve à Doha, la capitale du Qatar, s’est exprimé jeudi sur la question. Dans un communiqué cité par la télévision Al-Jazeera, Borel a déclaré que les pourparlers avec l’Iran reprendraient « bientôt » et à une « date acceptable ».

Jusqu’à présent, six séries de pourparlers sur la relance de l’accord nucléaire ont eu lieu à Vienne, avec des représentants des puissances mondiales Allemagne, Grande-Bretagne, France, Chine, Russie et Union européenne. Téhéran n’acceptant pas la présence d’Américains à la table des négociations, les États-Unis y ont indirectement participé.

Cependant, les pourparlers ont bloqué lorsque le nouveau président iranien, Ibrahim Raisi, est arrivé au pouvoir début août, et il a continué à soutenir les pourparlers, mais il est largement attendu dans les cercles politiques iraniens qu’il prenne une position plus ferme sur la question que son prédécesseur Hassan. Ligne de mal.

READ  Espoir Pédophilie Testé - iFrance - France

L’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran réduira considérablement la production d’uranium enrichi de Téhéran et lèvera les sanctions imposées au pays par la communauté internationale. En 2018, le président de l’époque, Donald Trump, a levé les États-Unis du traité et imposé de nouvelles sanctions à l’Iran.

Dans la seconde quinzaine d’août, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont appelé l’Iran à s’abstenir de violer l’accord nucléaire. Deux jours avant le rapport, l’AIEA a annoncé que l’Iran avait commencé à utiliser de l’uranium dans son programme d’armement nucléaire. (BAP)

zm / ap /

Courbe.