décembre 5, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

La polémique sur la pêche a affiné les relations avec la France

Boris Johnson : Si un autre pays européen veut rompre le TCA – Accord de commerce et de coopération, nous devons bien sûr prendre des mesures pour protéger les intérêts du Royaume-Uni.



Le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson a mentionné le nom du président français Emmanuel Macron sur une photo commune d'hommes politiques au sommet du G20 à Rome.


© fotoserwis PAP
Le Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson a mentionné le nom du président français Emmanuel Macron sur une photo commune d’hommes politiques au sommet du G20 à Rome.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré samedi que le différend avec la France sur les droits de pêche avait provoqué “des troubles” dans les relations entre les deux pays et n’excluait pas une action en justice contre des responsables à Paris.

Le gouvernement parisien a averti mercredi que si le problème n’était pas résolu d’ici le 2 novembre, il pourrait être interdit car le Royaume-Uni n’a pas délivré de permis de pêche à 55 coupeurs français qui n’ont pas été en mesure de prouver leurs antécédents de pêche dans les eaux autour de Jersey. Quelques bateaux français. Les ports pour les cotres britanniques renforcent les contrôles sur les bateaux et camions britanniques, renforcent les restrictions douanières et sanitaires.

Jeudi matin, juste un jour avant l’avertissement, les autorités françaises ont annoncé qu’un remorqueur britannique avait été capturé et qu’un autre était condamné à une amende. Selon des responsables français, le navire retenu n’a pas de permis de pêche, ce que son propriétaire nie avec véhémence.

S’adressant aux britanniques BBC News et Sky News samedi lors du sommet du G20 à Rome, Johnson a reconnu qu'”il y avait des troubles dans les relations” entre les deux pays. Il s’est également dit préoccupé par le fait que les actions de la France violeraient l’Accord de commerce et de coopération (ACT), qui régit les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne après le Brexit. Si tel est le cas, son gouvernement devrait prendre les mesures appropriées.

Si un autre pays européen veut rompre le TCA – accord de commerce et de coopération, nous devons bien sûr prendre des mesures pour protéger les intérêts de la Grande-Bretagne, a déclaré Johnson. Lorsqu’on lui a demandé si le Royaume-Uni déclencherait un mécanisme de règlement des différends dans le cadre de la procédure TCA si la France prenait des mesures la semaine prochaine, Johnson a répondu: “S’il y a une rupture de contrat ou si nous pensons qu’il y a une rupture de contrat, nous ferons certainement ce qui est nécessaire pour protéger les intérêts britanniques.

Le Premier ministre britannique et le président français Emmanuel Macron devraient se rencontrer dimanche avant le sommet du G20. Cependant, la résolution du litige peut être entravée par deux affaires qui ont fait surface au cours des douze dernières heures ou plus. La première est l’interview de Macron avec le Financial Times, dans laquelle la controverse sur la pêche teste la crédibilité mondiale de la Grande-Bretagne, et la seconde – une lettre du Premier ministre français Jean Costex à la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen, entre autres : Il est nécessaire de faire comprendre aux citoyens européens que le respect des obligations n’est pas négociable et que quitter l’UE est plus nocif que d’y rester..

PAP / tm

READ  Best Museliere Anti Aboiement: les meilleurs choix pour tous les budgets

Lire la suite: Royaume-Uni Royaume-Uni : la France a pris notre remorqueur. Nous enquêtons sur l’affaire