avril 13, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

La France proteste contre des dizaines de milliers de personnes …

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à l’occasion de la Journée de la femme à Paris et dans plusieurs grandes villes françaises pour condamner l’inégalité persistante à laquelle sont confrontées les femmes, qui a exacerbé la crise sanitaire actuelle et les restrictions connexes.

Pauses salariales, discriminations, violences sexuelles et sexistes ont été les slogans d’une «grève féministe» réunie dans une ambiance festive à Paris et ailleurs dans le pays: la police a indiqué qu’il y avait 3 600 manifestants dans la capitale, et 30 000 aux organisateurs.

A Paris, à Toulouse (comptant 3 800 manifestants), des banderoles scandaient le slogan «Colère contre Maxis» à Toulouse, «Une femme ne sera pas l’avenir d’un homme.» Des hommages ont été rendus aux femmes – des dizaines de personnes tuées l’année dernière .

1600 à Nantes, 500 à Lille – 350 à Strasbourg, dont de nombreuses lycéennes et lycéennes. A Marseille, environ 200 personnes ont participé à une manifestation rare dans la ville, dont six féministes africaines invitées à l’événement pour protester contre les violences faites aux femmes. “Quand le monde ne va pas bien, tout le monde sait que les femmes souffrent”, a déclaré l’actrice ivoirienne Nakki Sai Savan.

«Le 8 mars est toujours l’occasion de se souvenir de la réalité en France: 250 viols ou tentatives de viol par jour, près de 32% des femmes qui ont été victimes de harcèlement sexuel au travail et 16% des victimes de violences sexuelles infantiles dans le pays» – rappelle la militante féministe Caroline de Haas.

Les manifestants dénoncent la persistance des inégalités dans le monde du travail: les femmes sont symboliquement appelées à s’arrêter à 15h40, heure théorique pour arrêter de percevoir un salaire, compte tenu de la différence moyenne de salaire des hommes (environ 25% de moins).

READ  France: politologue: un virus frappe l'UE à deux reprises, montrant la désunion et le ralentissement des pratiques

Dans une déclaration conjointe rare, sept des huit principaux syndicats ont appelé à des pourparlers pour «réévaluer les salaires dans les industries à prédominance féminine».

“C’est tout à fait extraordinaire, j’ose le dire: pour le même travail, c’est une calomnie que les salaires ne soient pas encore égaux, malgré les progrès réalisés ici”, a déclaré lundi le Premier ministre Jean Costex.

PPFrance, une banque publique d’investissement, a annoncé avoir conclu un accord avec le gouvernement pour «renforcer et promouvoir le processus de création et d’acquisition (de mise à niveau) d’entreprises par des femmes».

jo / akl /