décembre 5, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

France : Médias sur le Sommet de Glasgow sur le climat : Entre frustration et progrès

Des commentaires similaires sont apparus dans les médias français après le sommet sur le climat de Glasgow, où des délégués de 200 pays ont discuté du phénomène de réchauffement climatique – “incomplet”, “stable”, “décevant” ou “historique” et enfin “échec”.

“Nous sommes toujours au bord d’une catastrophe climatique”, a-t-il déclaré à l’ONU. Le secrétaire général Antonio Guterres a prévenu que la conférence avait abouti à des “étapes bienvenues” mais “cela ne suffira pas”.

“Avant la COP 26, la méfiance régnait, et ces pourparlers d’équilibre entre les puissances des superpuissances étaient encore tributaires des énergies fossiles, permettant d’envoyer des signaux positifs au monde”, écrit le quotidien français Le Picaro.

“Pour la première fois, la Conférence de l’ONU sur le climat traite directement des énergies fossiles. Cependant, les Etats du Nord ne sont pas à la hauteur des attentes des pays du Sud les plus sensibles au climat”, note Le Monde.

La PDG de Greenpeace, Jennifer Morgan, citée par Le Monde, a déclaré :

“Le vrai test maintenant est de savoir si les nations mettront leurs promesses en action”, a déclaré Ani Dasgupta, chef de l’Organisation mondiale des ressources, un groupe de réflexion américain qui a été cité dans le même journal.

“Les larmes aux yeux, le leader de la COP 26, Alok Sharma, est vraiment désolé pour les changements de dernière minute dans les combustibles fossiles”, a déclaré Libération. Le Journal décrit le sommet comme un “échec”, soulignant que les dirigeants n’ont pas tenu compte des avertissements des militants écologistes qu’ils doivent agir maintenant “pour sauver l’humanité” des effets catastrophiques du changement climatique.

READ  Baromètre Infectieux (68) - Actualités - COVID-19

“Les obligations de l’État de contrôler la hausse des températures sont turbulentes, souvent obscures et semées de lacunes, et les propagandistes des combustibles fossiles étaient largement représentés au sommet”, conclut le communiqué.

Katharsina Stanko de Paris