septembre 17, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

France Média : Les médecins et pharmaciens ne jouent pas un rôle majeur dans cette…

Malgré les appels massifs des fonctionnaires à participer à la campagne de vaccination contre le virus corona, les médecins et pharmaciens travaillant en cabinet n’ont pas joué le rôle attendu, avec seulement 10 à 15 % de vaccinés. Population des villes – écrit le quotidien “Le Figaro” de mercredi.

« Au début, on pensait pouvoir en injecter trente par semaine, mais si on en faisait vingt par mois, c’était déjà beaucoup », cite le journal français.

Le GB marseillais déplore : “On est inutile dans le match contre Covit contre la montre”. On se fait rarement vacciner », explique un pharmacien lyonnais.

Au début de la campagne de vaccination en France, des dosages ont été attribués aux centres de vaccination. Des médecins, des pharmaciens, des sages-femmes et des infirmières ont été administrés lorsque le vaccin Astrogenega a été expédié dans le pays le 22 mars, suivi de Moderna et Johnson & Johnson. Les autorités fondaient de grands espoirs sur les vaccinations effectuées par les médecins et les pharmaciens.

Cependant, jusqu’à 70 pour cent. Les Français ont reçu la première dose du vaccin, qui n’était que de 10 à 15 pour cent. Les vaccins ont été administrés dans les cabinets médicaux ou les pharmacies – selon le site Doctolip.

Karen Wolf-Tal, présidente de l’Association des pharmaciens, explique que “les pénuries de médicaments sont le problème numéro un auquel nous sommes confrontés”, ce qui souligne également les problèmes de logistique et la question du stockage sûr des vaccins.

« Nous aurions pu faire 64 millions d’injections en 8 mois, mais nous n’avons eu que 4 millions de doses », explique le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

READ  Quel avenir pour la coopération entre la Pologne, l'Allemagne et la France ? - EURACTIV.pl

Les médecins et les pharmaciens se plaignent de problèmes de livraison et d’annulations de visites de patients.

Cependant, les autorités comptent toujours sur leur soutien écrasant pour mener à bien la campagne de vaccination avec la troisième dose du vaccin. (BAP)

ksta / tebe /