décembre 5, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

France : Macron veut une réforme judiciaire ; “La récession dans la justice ne satisfera personne”

Le président Emmanuel Macron a déclaré : « La récession dans la fonction publique de la justice ne satisfera personne. La réforme de la justice pourrait fournir à Macron le programme principal du second mandat, note le journal français.

L’entourage du président a commenté depuis l’Elysée, cité quotidiennement par Le Monde, qu’il devrait s’agir d’une “refonte complète” de la justice en France. Le soi-disant panel d’experts, composé de juges, d’experts, de fonctionnaires et de représentants parlementaires, l’État général, devrait préparer des propositions de modifications du système d’ici quelques mois.

Macron veut plus de peines pour les violences policières, plus d’amendes pour plus de bracelets électriques et plus de délits, un long débat dans les tribunaux de grande instance et de grande instance, la création d’un parquet national antiterroriste et la création de 15 000. Sièges supplémentaires dans les prisons.

S’adressant lundi aux étudiants en présence du ministre de la Justice Eric DuPont-Moretti, Macron a promis de “rétablir le contrat civil entre le peuple et la justice” et de “garantir l’efficacité du service public de la justice”.

“La récession et le harcèlement de la fonction publique de justice ne satisferont personne aujourd’hui, ni avec un sentiment d’impunité publique, ni avec la police et le genre avec un sentiment d’inefficacité, ni avec des juges et des avocats connaissant la même frustration”, a souligné le président.

Macron a rappelé avoir proposé son projet de dissoudre le tribunal républicain de la campagne électorale de 2017 (équivalent à un tribunal d’État en Pologne – enseignant BAP), qui pourrait nommer des ministres. Actuellement, des affaires, y compris le tribunal, sont pendantes contre l’ancienne ministre de la Santé Agnès Poutine et l’actuel ministre Oliver Warren. Ils ont été accusés d’avoir mal géré une infection par le virus corona et de mettre en danger la vie et la santé des Français.

READ  Demi-finale Ligue des Nations : Belgique-France 2 : 3 [RELACJA]

Comme le rappellent les médias, le motif de l’ouverture de la consultation publique était d’utiliser la position du ministre pour régler les comptes avec la justice et les tensions entre la Justice et le ministre de la Justice DuPont-Moretti, qui avait déjà été accusé d’avoir abusé de la police et abusé de son pouvoir de protester contre le processus judiciaire en mai, et écrire « Le Monde ».

Selon l’Elysée, les résultats des consultations doivent être remis d’ici fin février 2022, après quoi une commission église, dirigée par Jean-Marc Chao, l’actuel président de la Commission d’enquête sur les abus sexuels sur mineurs, sera formée.

L’Elysée a déclaré que les hauts magistrats de la commission et les dirigeants des commissions législatives et sénatoriales garantiraient une approche “transparente”. Les responsables présidentiels ont promis dans une interview quotidienne au Monde que la commission aurait une “restructuration complète” de Carde Blanche. Le journal français note que la réforme judiciaire pourrait fournir à Macron un programme clé pour un second mandat. Depuis 2017, la France a augmenté son budget de la justice d’environ 33 % et augmenté le nombre de juges.

ksta / kgod /