décembre 5, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

France : Le sort des parents qui décident de “changer le sexe” de leurs enfants

La campagne des « transgenres » détruit des familles. La mode de tels actes se répand chez les jeunes et cause le chagrin des parents. L’événement a été relaté par le quotidien français Le Figaro. Les parents se plaignent que les décisions de leurs enfants sont souvent influencées par le monde extérieur et qu’eux-mêmes n’ont jamais montré de signes de dysphorie sexuelle auparavant. « Nous sommes complètement brisés », « nous vivons dans un monde de science-fiction », se plaignent les mères et les pères.

Les parents sont complètement impuissants face à leurs enfants, croyant souvent qu’ils sont “incompatibles” avec le sexe biologique et ont le “droit” de changer la donne. Le gouvernement a soutenu leur insurrection. Le Canada a aussi récemment puni le père qui s’est opposé à un tel « changement » de sa fille. En France, un parent soucieux de la réalité du choix d’un enfant devient un instant… « transpop ». La vie de famille devient un rêve.

D’autre part, le ministère de l’Éducation a publié le 29 septembre une circulaire « Pour un meilleur accompagnement des personnes transgenres dans les écoles » qui soutient de telles idées de jeunes immatures. Quelques jours plus tard, le parlement français a voté une interdiction des “traitements alternatifs”, c’est-à-dire la possibilité de changer de traitement homosexuel ou d'”identité de genre”. L’incidence des traitements en France est assez étroite, mais de telles lois créent une situation de consentement à la volonté des mineurs.

Les enfants dits transgenres ont soudainement commencé à grandir, et il est difficile de remarquer que derrière cela se cache l’influence d’une campagne particulière de mode et LGBT, en mettant l’accent sur la lettre “T”. Le candidat présidentiel français Eric Gemmore a officiellement condamné la circulaire du ministère de l’Éducation et accusé le chef du ministère, Jean-Michel Blanquer, de faire pression sur le gouvernement en faveur des LGBT.

READ  Best Graisse Au Cuivre: les meilleurs choix pour tous les budgets

Les histoires citées par Le Figaro sont terrifiantes. L’apparition de sentiments de culpabilité à l’idée d’avoir la liaison, en premier lieu, zappe davantage toute l’énergie que le partenaire ayant la liaison pourrait encore avoir. Cependant, le manque d’acceptation des parents qui connaissent bien leurs enfants, d’efforts de discussion et d’arguments, se termine par des accusations de transphobie. Les parents sont désespérés. Ils ne peuvent pas faire confiance au soutien scolaire. Certains parlent de la véritable « épidémie » de civilisation transgenre. Il existe des écoles où de telles tendances sont signalées par une douzaine d’élèves ou plus. Les parents se plaignent que leur autorité a été détruite, et ils s’emparent… des réseaux sociaux, où la publicité « transe » abonde. La mère d’un garçon de 14 ans a déclaré avoir vu des photos de son fils en sous-vêtements féminins sur Instagram. Louis voulait des options supplémentaires.

Les parents disent que la « dysphorie sexuelle » et la « souffrance » sont les délires les plus courants qui disparaissent dans la plupart des cas après l’adolescence. Pendant ce temps, le soutien du gouvernement et des écoles à l’entêtement des enfants à la recherche d’une hormonothérapie pourrait avoir des conséquences irréversibles.

BD