septembre 17, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

France : le département de la Gironde reçoit 51 Afghans expulsés de Kaboul

Le port de la Gironde, dans le sud-ouest de la France, a expulsé vendredi 51 Afghans de Kaboul. Des responsables locaux ont déclaré dans un communiqué qu’il s’agissait de familles liées à l’ambassade de France ou à la France.

Ces Afghans ont été “expulsés de Kaboul en raison de leurs relations avec la France, et ils travaillaient pour les intérêts de la France (en Afghanistan – BAP), notamment pour son armée et son ambassade” – a-t-il noté.

Les Afghans ont été hébergés dans un établissement mis à disposition par la mairie et géré par l’organisation étatique France Horizon.

Les médias locaux ont rapporté que beaucoup de personnes évacuées sont venues “avec un sac ou une valise pour toute la famille”. La plupart des Français ont de la famille ou des amis. Les fonctionnaires du ministère ont fourni des vêtements, de la literie et des équipements sanitaires aux Afghans.

“Cette situation est temporaire, ces personnes peuvent être relogées, et nous avons répondu au besoin d’aide d’urgence”, a déclaré le maire de Bordeaux Pierre Hermick.

“C’était un moment important, ils étaient tellement fatigués, certains d’entre eux étaient choqués, avec une expression qu’on ne voulait pas voir sur les visages des enfants”, a déclaré à l’AFP la députée Harmony Leserf.

La plupart “ont quitté Kaboul il y a 48 heures, certains ont attendu quelques jours le départ près de l’aéroport. Ils ont entendu parler des attentats de jeudi (qui ont eu lieu près de l’aéroport de Kaboul), donc on s’inquiétait de plus en plus du fait que des proches y restent”. – Il ajouta.

READ  Best Meuble Salle De Bain Double Vasque: les meilleurs choix pour tous les budgets

En raison de l’infection par le virus corona, les Afghans doivent se conformer à l’isolement de dix jours.

Certaines communes girondines ont offert ces derniers jours l’hospitalité aux réfugiés afghans, les 28 maires de Bordeaux réunis dans un communiqué “toutes les circonstances pour faire en sorte que les demandeurs d’asile s’accommodent du système intégré de l’Etat”.