septembre 17, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

France : Environ 400 sans-abri dans un camp au centre de Paris

Environ 400 sans-abri, dont des enfants et des mineurs sans défense, ont demandé jeudi sur l’élégante place des Vosges à Paris, que le gouvernement français “dispose d’une solution décente et durable aux problèmes de logement”.

Comme l’écrit l’AFP, elle soutient une organisation dénommée “Revendications collectives” pour les sans-abri, qui fédère des associations comme Utopia 56, Solidarni Migranci Wilson et DAL.

Dans quelques minutes, à 17h00. 13.300 tentes Les plaines de la place Vosjes (Place des Vosjus) sont divisées en trois parties : “Familles”, “Tous les hommes” et “Mineurs”.

“Nous prévoyons de rester jusqu’à ce que tous les abris existants soient disponibles”, a déclaré Philip Caro de Wilson, Solidarity. “On est là pour crier : il y a 400 000 logements vacants en Ile-de-France. Ceux avec des conditions de logement et “pour une durée maximale d’un an renouvelable”.

“Nous avons choisi cet endroit parce que les touristes viennent ici. Nous voulons montrer la facette différente de Paris, l’invisible et l’entourage exclusif”, explique à l’AFP Pierre Madurin, coordinateur d’Utopia 56 Paris.

Dans la section “Famille”, Touré, originaire de Côte d’Ivoire en février, partage une tente avec ses deux enfants de 4 et 6 ans. “Je n’ai nulle part où dormir, donc je suis confiante dans ce déménagement. J’attendrai jusqu’à ce que ce soit nécessaire”, dit la femme.

L’organisation DAL explique dans son annonce qu’il s’agit déjà de la 9ème étape des “revendications collectives”. En mai, l’association, connue pour son action en faveur des sans-abri, a saisi fin 16 janvier une salle de sport appartenant à la mairie de Paris, une ancienne école maternelle puis faisant partie d’Hôtel-Rosée à la mi-février. Le plus ancien hôpital de Paris.

READ  Best Filtre Intex Type A: les meilleurs choix pour tous les budgets

Grâce aux “revendications collectives”, près de 3 000 personnes ne vivent plus dans la rue ou dans des abris provisoires. L’installation de plusieurs centaines de sans-abri dans un lieu public est le seul moyen de s’assurer que l’hébergement est respecté jusqu’à ce qu’elles vivent dans un lieu permanent – assure l’association DAL.

« Nous voulons sortir du web à cause de ce mouvement : au lieu de trouver un abri, le gouvernement compte sur nous. Nous voyons des colonies parce que personne d’autre ne le fait, mais nous ne devons pas compenser la faiblesse de l’État. Avec ces mesures , Utopia 56 souligne le fait qu’il ne nous appartient pas.