décembre 5, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

Emmanuel Macron à l’occasion du 60e anniversaire du massacre franco-algérien : le crime impardonnable de la République

Le président Emmanuel Macron a décrit la réaction des services français pour apaiser les manifestations algériennes à Paris en 1961, lorsque des dizaines de manifestants réclamant l’indépendance de l’Algérie ont été tués. Bessans a rendu hommage aux victimes sur les bords de Seine à hauteur du pont et s’est entretenu avec leurs proches.

Regardez TVN24 sur Internet sur TVN24 GO

“Les crimes commis cette nuit-là sous Maurice Papon sont impardonnables à la République”, écrit-il dans un communiqué à l’Elysée.

Macron a été le premier président à assister à une cérémonie officielle pour commémorer l’anniversaire du massacre algérien du 17 octobre 1961 à Paris. A hauteur du pont de Bessans, le président s’est entretenu avec les proches des victimes, leur rendant hommage sur les bords de Seine.

Il y a 60 ans, les Algériens protestaient contre l’interdiction faite aux Algériens de quitter leur domicile après 20h30. Sur, la police et les services ont été brutalement convaincus que les manifestants et les corps de la victime ont été jetés en chinois.

“Près de 12.000 Algériens ont été arrêtés et transférés dans des camps au stade de Cupertn, au palais des sports et dans d’autres lieux”, indique le communiqué.

De nombreuses familles ne retrouvent pas les restes de leurs proches. Les historiens estiment que des dizaines de personnes ont été tuées à la suite du massacre, et que le bilan officiel n’était que de trois.

Le président Emmanuel Macron porte une robe de soirée sur le pont de Bessans et rend hommage aux victimes de la paix algérienne de 1961PAP / EPA / Rafael Yaghobzadeh / PISCINE

Macron « découvre des faits comme des crimes impardonnables pour la République »

En 2012, le président de l’époque, François Hollande, a condamné la « répression sanglante ». Macron a poursuivi, ont commenté les commentateurs, car il “a découvert les faits comme des crimes impardonnables pour la République”.

Le président Bessons s’est habillé pour la soirée sur le pont et a accordé une minute de silence aux victimes. “En quelques mois, nous avons fait plus de progrès qu’en 60 ans”, explique l’historien Benjamin Stora, qui a préparé un rapport sur les effets du colonialisme et de la guerre d’Algérie (1954-62).

Samedi, des politiciens de gauche, dont le Français Alexis Corpier et le communiste Fabian Russell, ont appelé à ce que le massacre d’Algérie soit considéré comme un « crime d’État ». La dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen a critiqué “ces regrets persistants et déséquilibrés”, tandis que Macron a rabaissé la France, arguant que “l’Algérie nous insulte tous les jours”.

Une série d’événements commémorant les victimes des Algériens luttant pour l’indépendance de leur pays est prévue dimanche sur le terrain de Seine-Saint-Denis.

Source de la photo principale : PAP / EPA / Rafael Yaghobzadeh / PISCINE

READ  Best Tente Pop Up Enfant: les meilleurs choix pour tous les budgets