octobre 25, 2021

Mediaphore

Retrouvez ici toutes les dernières actualités et reportages sur la FRANCE

EDF veut construire des réacteurs nucléaires en Pologne – et en France – France

Article lancé : 13 octobre 2021

EDF a déposé une offre initiale ferme pour un contrat portant sur l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction de 4 à 6 réacteurs nucléaires d’une puissance installée de 6,6 à 9,9 GWe sur 2-3 sites, rapport EDF. Pendant la phase de construction, environ 25 000 emplois pourraient être créés localement. Emplois pour chaque paire de blocs.

Le mercredi 13 octobre 2021, EDF a déposé une offre initiale, sans engagement, pour un contrat portant sur l’Ingénierie (Achats et Construction (EPC – Engineering, Procurement, Construction) quatre (4) à six. (6) L’EPR (four à compression européen) représente une puissance installée totale de 6,6 à 9,9 GW sur deux (2) à trois (3) sites », a indiqué la société française dans un communiqué.

Le réacteur européen sous pression (EPR) est la troisième génération de réacteurs à eau sous pression (REP).

Les premiers navires au monde ont été construits à Taizhan chinois et sont en service depuis de nombreuses années. La centrale électrique d’Olgluto en Finlande est presque terminée. Un EPR à Flamenville, en France, et deux blocs de la centrale électrique de Hingley Point en Grande-Bretagne sont en construction. Elle envisage d’en construire de nouvelles à la centrale de Sizewell C. Selon le fabricant, après avoir éliminé les maladies infantiles, les nouvelles versions de l’EPR doivent être construites plus rapidement et plus efficacement.

Comprend tous les paramètres clés du plan d’offre initial, la configuration de l’installation, la carte industrielle, les plans de développement de la chaîne d’approvisionnement locale, l’estimation des coûts et le calendrier.

READ  Best Poupée Gonflable Silicone: les meilleurs choix pour tous les budgets

Selon EDF, leur offre soutient la réalisation des objectifs de l’Agence polonaise de l’énergie atomique (PPEJ) adoptés par le gouvernement polonais en octobre 2020. Il vise à définir les politiques du partenariat stratégique franco-polonais, “un plan ambitieux pour la transformation énergétique de la Pologne, en ligne avec l’objectif européen de neutralité carbone”.

« Une centrale nucléaire basée sur la technologie EPR apportera de nombreux avantages à l’économie polonaise, contribuera à l’indépendance énergétique du pays, fournira de l’électricité pendant au moins 60 ans et fournira jusqu’à 40% de satisfaction. Elle évite 55 millions de tonnes de CO2 par an, ce qui contribue de manière significative à la neutralisation », a déclaré la société française dans un communiqué.

EDF affirme que grâce à son expérience dans l’accompagnement de la croissance des chaînes d’approvisionnement locales, un projet basé sur la technologie EPR offrira également d’importantes opportunités de croissance à long terme pour l’industrie polonaise. EDF vise à impliquer à grande échelle les entreprises polonaises et à améliorer la capacité industrielle locale et les emplois hautement qualifiés. On estime qu’environ 25 000 emplois pourraient être créés localement pendant la phase de construction de l’EPR. Des emplois pour chaque paire de modules EPR, et indirectement des dizaines de milliers d’emplois.

Dans l’esprit du partenariat européen de longue date entre les industries nucléaires polonaise et française, le projet réalisera une intégration significative avec d’autres projets EPR à travers l’Europe. EDF, avec le plein soutien du gouvernement français, coopère depuis le début du programme nucléaire polonais.

En juillet de cette année. EDF, 80 %. Natif de l’Etat français, il a ouvert son bureau à Varsovie. Comme l’a déclaré l’ambassadeur de France en Pologne, Friedrich Billet, lors de l’ouverture de l’installation : « Le gouvernement français a décidé de s’engager dans l’industrie nucléaire polonaise.

READ  Best Calendrier De L'Avent Kinder: les meilleurs choix pour tous les budgets

Dans une interview avec PAP à la fin du mois de mars de cette année. Cruzett a déclaré que la France souhaitait partager avec la Pologne le rôle de leader de l’énergie nucléaire dans l’Union européenne et que le programme nucléaire polonais était une contribution à la transformation énergétique européenne. “La France possède le deuxième plus gros réacteur nucléaire au monde, mais il est très important qu’il y ait un autre pays appartenant à la communauté dans ce domaine au sein de l’UE”, a-t-il souligné. La Pologne, avec son plan, a l’ambition de devenir le deuxième pays de l’UE en matière d’énergie nucléaire, a-t-il souligné.

Interrogé sur le financement du projet, il a confirmé que les incitations financières des différents partenaires potentiels du programme nucléaire polonais sont comparables.

Selon le PPEJ, la Pologne envisage de construire des fours de type REP modernes mais éprouvés et de grande taille. EDF propose un four EPR répondant à ces exigences.

Le gouvernement polonais s’attend à prendre une participation de 49 pour cent dans le programme nucléaire. Des actions dans une société spécialisée fourniront un financement adéquat et participeront non seulement à la construction mais aussi à l’exploitation des centrales nucléaires. (BAP)

Centrales nucléaires France


Très populaire

Voir également