La Préfecture de Guadeloupe annonce un bilan positif dans le cadre de la lutte contre la délinquance en 2018. Les chiffres indiquent une forte baisse du nombre d’atteinte aux biens, ainsi qu’une baisse durable des violences physiques.

En 2018, les Guadeloupéens étaient moins concernés par les atteintes aux biens que la moyenne des Français. La baisse du nombre de vols avec violence amorcée en 2016 poursuit sa course. La préfecture indique 11 600 faits en 2018 contre 13 400 en 2017. Le plan de lutte contre la délinquance avec la police de sécurité du quotidien lancé en 2016 sera reconduit en 2019. Les résultats probants de 2018 viennent appuyer cette décision.

Délinquance en Guadeloupe : le nombre de vols avec violence en forte baisse 

Les cambriolages affichent une nette diminution en 2018 pour atteindre le nombre le plus bas jamais enregistré. 2000 faits constatés en 2018 contre 3200 en 2017. Les vols à main armée avec arme à feu enregistrent la plus forte baisse (-35,6%). Leur nombre a été divisé par deux entre 2016 et 2018 : 521 en 2016, contre 250 l’an dernier. Les vols avec arme blanche diminuent quant à eux de 17% : 146 en 2018 contre 176 en 2016.

Délinquance en Guadeloupe
Evolution des vols avec violence – © Préfecture de Guadeloupe

Les vols d’objets dans un véhicule en stationnement appelés « vols à la roulotte » ont augmenté de 1,3%, tandis que les vols de voitures diminuent de près de 20%. Des résultats à imputer au plan de lutte contre les vols et trafics liés aux véhicules. Les autorités demandent toutefois aux propriétaires de véhicules d’accroître leur vigilance.

Baisse durable mais préoccupante du nombre d’atteintes à l’intégrité physique

L’année 2015 s’accompagnait d’un pic de violences physiques en Guadeloupe. On observe depuis une forte baisse (-23%) des violences physiques crapuleuses (celles dont l’objectif est l’acquisition d’un bien). Ce chiffre participe ainsi à la baisse globale du nombre d’atteintes volontaires à l’intégrité physique : 5730 en 2018 contre 5870 en 2017.

La préfecture relève en revanche une augmentation des violences physiques non crapuleuses de plus de 7%. En 2018, 3100 faits de cette nature contre 2900 en 2017. Les passages à l’acte violents lors de rapports sociaux conflictuels mais aussi lors de prise en charge de personnes marginalisées ou présentant des troubles du comportement restent un sujet préoccupant.

Délinquance en Guadeloupe
Evolution des violences physiques en Guadeloupe – © Préfecture de Guadeloupe

Les chiffres indiquent une diminution de moitié du nombre d’homicides en un an. En 2018, la préfecture communique 15 faits contre 31 en 2017. Les tentatives d’homicide sont quant à elle en légère augmentation : 55 faits contre 52. Malgré la baisse des homicides, les atteintes volontaires à l’intégrité physique demeurent plus importantes en Guadeloupe que la moyenne nationale. On relève 14 atteintes pour 1000 habitants en Guadeloupe contre 9,42 pour 1000 habitants en France.

Délinquance en Guadeloupe : quelles perspectives pour 2019?

La préfecture annonce que le plan mené conjointement avec la police de sécurité du quotidien sera maintenu pour renforcer trois axes de travail :

– Occuper la voie publique et donner davantage de visibilité aux opérations menées dans les lieux et moments les plus sensibles pour maintenir un contact police/population quotidien

– Accroître le potentiel d’investigation (réflexions en cours sur le transfert de compétence de Capesterre-Belle-Eau à la gendarmerie pour renforcer les moyens d’investigation à Pointe-à-Pitre)

– Développer le partenariat avec les élus et les collectivités locales, ainsi qu’avec tous les acteurs associatifs, socio-économiques et institutionnels qui oeuvrent auprès de publics en difficulté

Parallèlement à ce plan concluant de la police de sécurité du quotidien, quatre objectifs prioritaires encadreront la lutte contre la délinquance en 2019 :

– Accentuer la lutte contre la circulation des armes

– Accentuer la lutte et la prévention des drogues et conduites addictives

– Poursuivre le plan de lutte contre les vols et trafics liés aux véhicules

– Poursuivre la lutte contre les phénomènes de bandes

Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité routière, un déploiement de radars-tourelles aura lieu début 2019. Le nombre de radars restera stable (20), mais plus d’une centaine de sites seront opérationnels avec des radars équipés alternativement. La préfecture annonce que ces radars relèveront de nouveaux types d’infractions au code de la route dans quelques années, à l’instar du non-port du casque ou de l’usage du téléphone au volant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.