© marcelokato / Pixabay

Sauver les coraux est devenu un enjeu primordial. Leur érosion est manifeste et leur disparition semble inéluctable. Cependant, le Gouvernement veut continuer de croire que l’on peut les sauver, notamment en Outre-mer. C’est pour cela que le ministre de l’Écologie et celle de l’Outre-mer lancent un appel à projet.

Garder espoir, malgré la menace qui pèse sur eux. C’est ce que semble vouloir faire François De Rugy, ministre de l’Écologie et Annick Girardin, ministre de l’Outre-mer. Un appel à projet concernant les récifs coralliens à été lancé le 28 septembre dernier.

100 % de récifs coralliens français protégés en 2025

Cet appel a un objectif : « réduire l’impact des pollutions d’origines terrestre sur les récifs coralliens et les écosystèmes associés ». Le projet vise également à :

  • diminuer les sources de pressions en provenance des bassins versants à l’origine
    de pollutions chimiques, biologiques et/ou physiques impactant les récifs coralliens.
  • atténuer ces impacts en soutenant les solutions dont la source est la nature.

Par ailleurs, le Gouvernement souhaiterait que « 100% des récifs coralliens français » (qui sont pour la majorité situés dans les territoires d’Outre-mer, ndlr) soient protégés « à l’horizon 2025 ». Pour arriver à ce chiffre, les deux ministres précisent qu’il faudrait tout d’abord que 75 % d’entre eux, soient protégés en 2021.

Pour François de Rugy, le ministre de l’Écologie, les Outre-mer ont un rôle important à jouer. « Il existe de nombreux exemples, d’idées innovantes pour agir dans ce sens dans les territoires d’Outre-mer, qui méritent d’être soutenues et d’être connues pour être répliquées ailleurs. Il nous a semblé crucial d’encourager les actions concrètes pour réduire l’impact des pollutions en provenance de la terre, c’est pourquoi notre appel à projets s’y attache exclusivement. » a-t-il expliqué.

DES ACTIONS CONCRÈTES ET IMMÉDIATES 

L’appel à projet souhaite mettre en avant les projets entraînant « des actions concrètes et immédiates dans les différents Outre-mer ». La majorité des territoires ultramarins sont invités à y participer : la Guadeloupe, la Martinique, Mayotte, la Réunion, la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna, Saint-Martin et les Terres australes et antarctiques françaises.

Si vous résidez dans l’un de ses territoires et que vous êtes intéressés, vous avez jusqu’au 18 décembre, pour déposer votre candidature. Notez que le montant des aides par projets peut aller jusqu’à 40 000 €.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.