© Pixabay

La France et les outre-mer (hors Mayotte, ndlr) comptabilisent 36,3 millions de logements au 1er janvier 2018. Dans les départements d’outre-mer, le nombre de logements progresse plus vite qu’en Métropole. Il a ainsi augmenté de 2,5 % par en moyenne, depuis trente ans, contre 1,1 % pour la Métropole. Focus sur la situation dans les DOM.

Selon une étude de l’Insee publiée au début du mois d’octobre, il y aurait actuellement en France, 36 330 logements (France hexagonale et Dom inclus). Il y a trente ans, on n’en comptait que 26 097 soit une croissance de 1,1 sur la période.

ÉVOLUTION DE LA SITUATION DANS LES DOM ENTRE 1988 ET 2018

En 1988, 437 000 logements étaient implantés sur les territoires d’outre-mer (hors Mayotte). Trente ans plus tard, on en recense 923 000.

Dans les détails, les DOM comptaient 375 000 logements principaux en 1988, soit 86 % des logements répartis sur le territoire. En 2018, on en dénombre 760 000. Bien que le nombre de logements principaux ait augmenté en trente ans, leur répartition à elle, diminuée. Ainsi, de nos jours, ces logements ne sont plus répartis que sur 82,4 % du territoire. Mais, cela représente tout de même une hausse annuelle de 2,4 % en moyenne.

En ce qui concerne les résidences secondaires et logements occasionnels, en 1988, ils étaient 21 000 dans les DOM. Cela représentait en tout, à l’époque, 4,7 % des logements sur tout le territoire. En 2018, le nombre de résidence secondaires et logements occasionnels est passé à 44 000. Néanmoins, le taux de répartition des logements n’a pas changé et est toujours de 4,7 %. Tout comme les résidences principales, l’Insee a constaté une évolution de 2,5 % par an en moyenne, du nombre de ces logements.

Le nombre de logements vacants a également été passé au crible dans ces territoires. Avant de voir les chiffres, précisons ce qu’est un logement dit « vacant ». Le logement vacant est défini par l’Insee comme un logement « inoccupé » , mais se trouvant dans un situation particulière. En effet, un logement vacant peut être :

  • proposé à la vente ou à la location,
  • déjà attribué à un acheteur ou à un locataire et en attente d’occupation,
  • en attente de règlement de succession (donc futur héritage d’une personne, ndlr),
  • conservé par un employeur pour un usage futur au profit de ses employés,
  • gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire (c’est par exemple le cas pour un logement très vétuste).

Dans les DOM, ce type de logements est loin d’être rare. C’est même tout le contraire, si l’on en croit les chiffres de l’Insee. Ainsi, en 1988 on dénombrait 41 000 logements, répartis sur 9,4 % du territoire. En 2018, le nombre de logements vacants à explosé. On n’en comptabilise 119 000 dans tous les DOM, ils sont donc au nombre 12,9 % et sur tous les territoires des DOM confondus. L’évolution annuelle des logements vacants est elle de 3,6 %.

© Insee

ACCROISSEMENT CONSTANT DU NOMBRE DE LOGEMENTS DANS LES DOM

Dans les DOM, le nombre de logements augmente plus vite qu’en Métropole. En effet, au début des années 80 et à la fin des années 90, ils progressaient de 2,5 % par an en moyenne. Depuis, la progression a légèrement ralenti pour s’établir aux environs de 2,2 % par an, jusqu’à aujourd’hui. Cependant, cela reste toujours plus élevée que la Métropole, où rappelons le, le nombre de logements augmente de 1,1 % par an en moyenne.

D’après l’Insee, en 2018, 82 % des logements sont des résidences principales, 5 % des résidences secondaires/occasionnelles et 13 % des logements vacants. Cependant, l’Insee remarque que sur l’ensemble des logements dans les DOM, les résidences principales sont celles qui progressent le moins.

En ce qui concerne le logement individuel, il est présent dans « plus des deux tiers de l’ensemble des logements ultramarins », note l’Insee. Cependant, l’Institut nuance ce constat en précisant que, bien qu’il soit le type de logements le plus répandu (que ce soit en résidence principale, secondaire ou en logement vacant, ndlr), « sa part baisse lentement depuis trente ans ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.