© terimakasih0 / Pixabay

La Guyane est le territoire le moins bien desservi en couverture réseau et internet mobile, selon l’enquête annuelle réalisée par l’Arcep sur la qualité de service des réseaux mobiles en France et en Outre-mer. Le constat est sans appel, le département est le moins loti des DOM.

Cela fait à peine à peine trois mois que le site internet de l’Arcep (l’ « Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes ») fournit des résultats sur la performance des réseaux et opérateurs mobiles dans les Dom-Tom. Force est de constater qu’en Guyane les chiffres ne sont pas bons du tout.

UNE COUVERTURE MOBILE ET INTERNET MOBILE QUASI INEXISTANTE

Sur la cartographie de Mon Réseau Mobile, la couverture de l’Internet mobile dans la zone (que ce soit en 4G ou en 3G) est quasi inexistante. Ainsi, en termes de surface, il n’y a au mieux qu’entre 2 et 3% du territoire qui est équipé en réseau 3G et 4G, et ce quelque soit l’opérateur (Digicel, Orange et SFR, étant ceux ayant été analysés pour la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane ndlr). Certains opérateurs comme Digicel, ont même une couverture inférieure à 1%.

© ARCEP

Des villes comme Kourou, Cayenne, Maripasoula, Matoury ou encore Papaïchton sont relativement bien couvertes. Dans ces zones, 84% des utilisateurs d’Orange et 85% des utilisateurs de SFR sont couverts. L’opérateur Digicel couvre, quant à lui, moins de 1% de la population.

Cependant, il y a tout de même des zones dans le département où il n’existe aucune couverture réseau que ce soit en terme d’Internet mobile ou de réception d’appels/ SMS. C’est le cas notamment des villes de Camopi, Oyapoc, Régina, Grand Santi et Apatou.

La couverture réseau et internet mobile (3G et 4G) en Guyane © ARCEP

À titre de comparaison : en Martinique, en ce qui concerne la 3G, 70 % du territoire est couvert par Digicel, 90% par Orange et 96% par SFR. Pour ce qui est de la 4G ,Digicel fait moins bien et couvre moins de 1% du pays. Cependant, Orange et SFR sont respectivement à 83% et 96% de taux de couverture.

Les populations sont très bien couvertes, notamment en 3G, quels que soient l’endroit et l’opérateur (Digicel est à 76% de couverture, on note 99% pour Orange et un taux supérieur à 99% pour SFR). En ce qui concerne la couverture en terme de surface,
là aussi les résultats sont très bons pour la 3G (70 % du territoire est couvert par Digicel,
90% par Orange et 96% par SFR).

Néanmoins, il existe une commune où il n’y a aucune couverture réseau (en termes d’internet mobile, comme de réception de SMS ou d’appels), il s’agit de la commune de Fonds-Saint-Denis. Mais, selon la carte elle est la seule de l’île dans ce cas.

La couverture réseau et internet mobile (3G et 4G) en Martinique © ARCEP

L’AMÉNAGEMENT NUMÉRIQUE, NOUVEAU CHEVAL DE BATAILLE DU TERRITOIRE

Mais, les choses changeront peut-être bientôt. En effet, dans un communiqué paru le 14 septembre dernier, le ministère des Outre-mer, a annoncé que le gouvernement avait décidé de débloquer la somme de 40,47 millions d’euros pour aider au désenclavement numérique du territoire.

Ce projet porté par la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), fait partie du « Plan France Très Haut Débit ». Le projet de désenclavement numérique soutenu par la CTG, contient plusieurs axes :

  • Le déploiement de réseaux de fibre jusqu’à l’abonné dans les principales agglomérations : plus de 80 000 foyers et entreprises seront raccordés dans les prochaines années à ces nouveaux réseaux de pointe. Dans les communes de Cayenne et de Remire-Montjoly, Orange a pris des engagements contraignants devant le gouvernement pour un déploiement intégral de ces communes d’ici fin 2020. Dans 12 autres communes, la Collectivité Territoriale de Guyane envisage le déploiement de près de 50 000 prises supplémentaires dans le cadre d’un réseau d’initiative publique. Le soutien de l’État se monte à 25 millions d’euros.
  • Le déploiement de solutions alternatives (satellites et mobiles) visant à offrir une connectivité très haut débit à près de 15 000 foyers et entreprises dans les communes de l’intérieur :
  • L’amélioration à court-terme de la qualité de réception d’Internet dans les établissements scolaires de l’intérieur, grâce à l’achat de capacités supplémentaires pour connecter ces écoles par satellite à la dorsale Internet mondiale. Le soutien de l’État se monte à 750 000 euros.
  • Le déploiement d’une nouvelle solution satellitaire structurante pour la couverture de l’intérieur. Un équipement dédié aux besoins de connectivité de la Guyane sera installé sur un prochain satellite. Le soutien de l’État se monte à 15,29 millions d’euros.

Par ailleurs, en ce qui concerne la commune de Camopi, le Premier ministre Édouard Philippe et le gouvernement se sont engagés à améliorer la connectivité de la commune. Cela se traduit par l’installation de 4 pylônes le long du fleuve Oyapoc. Cette opération est estimé à 1,3 millions d’euros.

Pour Annick Girardin, la ministre des Outre-mer, « c’est une décision très importante en faveur du désenclavement numérique de la Guyane, condition indispensable pour rendre ce territoire plus compétitif et attractif et pour améliorer le quotidien des habitants ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.