© logo du Parc National de Guadeloupe (PnG)

Le Parc national de la Guadeloupe a renouvelé son adhésion la Charte Européenne du Tourisme Durable. Avec cet engagement, le massif forestier réitère son engagement à la préservation des espaces protégés et l’instauration d’activités touristiques respectueuses de l’environnement.

Protéger nos forêts et développer un tourisme « durable ». C’est tout l’enjeu de l’adhésion du Parc national de la Guadeloupe (PNG) à la Charte Européenne du Tourisme Durable (CETD).

En signant cet acte, le parc s’engage à mettre en œuvre un tourisme durable dans son espace et aussi de mettre en place des activités touristiques éco-responsables à destination des visiteurs.

Quels sont les objectifs de cette charte ? 

Créée en 1995 par la Fédération Européenne des Espaces protégés (EUROPARC), elle a trois objectifs bien distincts :

– Accroître l’intérêt et le soutien pour les espaces protégés en tant que partie fondamentale de notre patrimoine qui doit être préservée et appréciée par les générations présentes et futures.

– Animer localement un réseau d’acteurs à l’échelle du territoire de ces espaces protégés et partager une vision commune pour le développement d’une nouvelle forme de tourisme.

– Développer et gérer le tourisme dans les espaces protégés de manière durable, en prenant en compte les besoins de l’environnement, des habitants, des entreprises locales et des touristes.

Tous ces objectifs parviennent à être atteint, grâce aux efforts conjugués des gestionnaires d’espaces protégés, notamment le personnel du parc, les organismes institutionnels, prestataires touristiques, les tours opérateurs et les acteurs locaux.

En outre, la Charte Européenne du Tourisme Durable intervient dans trois domaines différents, mais qui sont toutefois liés :

  • Le volet 1 s’intéresse à l’espace protégé et à sa stratégie de tourisme durable. La Charte permet la construction d’un projet de territoire pour un tourisme de qualité répondant aux besoins de l’espace et aux attentes des visiteurs.
  • Le volet 2 se consacre à organiser les relations entre l’espace protégé et les prestataires touristiques du territoire. Pour les entreprises, c’est un engagement sur 3 ans à adopter des méthodes de gestion respectueuses de l’environnement, à améliorer leurs offres, à soutenir la conservation des patrimoines. L’espace protégé délivre un agrément d’entreprise « partenaire de la CETD ».
  • Le volet 3 concerne les tours opérateurs et les agences de voyages qui développent leurs activités dans les espaces protégés.

Là aussi, les mêmes acteurs travaillent de concert pour faire en sorte que ces domaines soient complémentaires.

Quels seront les bénéfices pour le Parc ?

Pour le Parc National de Guadeloupe (PNG) et ses partenaires, l’adhésion à cette charte, va permettre :

– d’être distingué au niveau européen comme territoire d’excellence en matière de tourisme durable

– de bénéficier de l’expérience d’autres espaces protégés européens

– de partager cette expérience avec d’autres espaces protégés du bassin caribéen

– d’harmoniser localement les actions menées en matière de tourisme durable et renforcer leur crédibilité

– d’impulser le développement du tourisme durable en Guadeloupe.

Quelles sont les modalités d’inscription à cette charte ?

Les choses ont pris un peu de temps. Initialement, cette adhésion devait être renouvelée en 2011. Cependant, à cette époque, le parc était dans une phase de transition (nouveau décret, élaboration de la Charte de territoire et nouveau périmètre). L’adhésion à la charte avait donc dû être reportée.

Le parc a dû, dans un premier temps, rédiger une stratégie et un programme d’action en concertation avec de nombreux acteurs publics (les collectivités, la CTIG, l’ONF etc.) mais aussi privés (comme les associations ou les entreprises) engagés dans des actions en faveur du tourisme durable.

Après un long examen du dossier, le jury a, à l’unanimité, donné son accord adhère une nouvelle fois à la charte, cette fois pour une période de cinq ans (2018-2022).

Dans un communiqué, le parc explique : « Le comité a ainsi apprécié l’engagement des partenaires du PNG dans l’appui de sa candidature, « en particulier des municipalités et d’autres organismes publics. » Ainsi,les outils de gestion du PNG et leurs liens avec la Charte européenne du tourisme durable ont été salués, tout comme la qualité des programmes de sensibilisation fournis aux scolaires, au grand public ainsi que l’initiative d’inclusion sociale. L’efficacité de certains outils spécifiques développés avec les nouvelles technologies a été soulignée tel que la création de l’outil Rando Guadeloupe. »

D’autres parc nationaux ont également adhéré à la CETD. C’est le cas du Parc National des Cévennes et de celui du Mercantour. Néanmoins, celui de Guadeloupe est le premier parc ultramarin.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.