© Comité Martiniquais du Tourisme

L’embarcation, à l’honneur chaque année dans le Tour de Martinique des Yoles rondes, est au cœur du combat d’Édouard Tinaugus. Ce militant passionné a convié un conseiller français à l’Unesco, le 14 juillet dernier, à découvrir ce pan du patrimoine martiniquais.

Le tour des yoles 2018 est de retour en Martinique, du 29 juillet au 5 août, pour sa 34e édition. « Sport national » de l’île, il fait partie intégrante de son identité. Patrimoine pour lequel se bat Édouard Tinaugus depuis plusieurs années. Ce militant, originaire de la commune du Robert, milite sans relâche pour que la pratique de la yole soit reconnue au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. En janvier 2016, il avait réussi à faire reconnaître la pratique de la yole ronde à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France. 

Pour mener à bien son combat pour la revalorisation de la yole, il a invité Pierre-Yves Kervennal, conseiller français à l’Unesco, à une course le 14 juillet dernier. Son objectif : montrer l’importance du savoir-faire, de la pratique et de la place de la yole dans la vie des Martiniquais. Édouard Tinaugus a présenté un dossier de candidature, baptisé « La transition intergénérationnelle et la dynamique socio-culturelle ».

Le Robertin a rassemblé une équipe pour l’accompagner dans son projet. Les défenseurs de la yole sont aussi soutenus par les patrons des embarcations et la fédération. Mais le chemin risque d’être encore long… car plusieurs dizaines de dossiers sont en lice pour décrocher ce label et la France ne peut présenter qu’un seul « candidat » tous les trois ans.

En outre, inscrire la yole au patrimoine mondial de l’Unesco pourrait participer au développement du tourisme en Martinique. Peut-être un jour sera-t-elle connue, au même titre que le rhum ou la banane… En attendant, le Tour de Martinique des Yoles rondes change de sens à cause des algues sargasses.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.