© Pexels / Jeshoots

Les députés de l’Assemblée nationale ont voté jeudi 7 juin la proposition de loi interdisant l’usage des téléphones portables à l’école, dès la rentrée prochaine, non sans susciter des critiques de la part de plusieurs familles politiques. 

Utiliser son portable en cours sera bientôt interdit… L’Assemblée nationale a voté la proposition de loi de La République en marche interdisant l’utilisation du téléphone portable dans les écoles et collèges dès la rentrée prochaine, jeudi 7 juin. En revanche, la mesure ne concerne pas les élèves du lycée.

Le texte, adopté à main levée en première lecture, a obtenu les voix des élus de la majorité REM et MoDem, ainsi que de l’UDI-Agir, mais a suscité les critiques de tous les autres groupes qui dénoncent une proposition « inutile » voire une « tartufferie » (LR), qui revient à une « simple opération de communication ».

Pour Philippe Gosselin, député LR de la 1ère circonscription de la Manche , cette loi vient « ajouter de la loi à la loi ». Depuis 2010, le Code de l’éducation a entériné l’interdiction des téléphones portables, et ce, « durant toute activité d’enseignement ». 

« DU PRINCIPE D’AUTORISATION AU PRINCIPE D’INTERDICTION »

Auparavant, les élèves pouvaient utiliser leurs téléphones dans tout l’établissement (sauf si le règlement de l’école l’interdisait expressément, ndlr) excepté en classe. Avec l’adoption de cette loi, ce sera le contraire, il sera interdit partout, à part en classe où les professeurs, pourront s’ils le souhaitent demander aux élèves de le sortir, dans les cours de langues par exemple, pour écouter un enregistrement ou pour faire des recherches sur un thème précis. Mais malgré ces justifications, la loi ne passe toujours pas auprès de certains. « Nous passons d’un principe d’autorisation, sauf là où c’est interdit, à un principe d’interdiction », s’insurge Bruno Studer, président de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation.

RENVOYER UNE IMAGE D’EXEMPLARITÉ

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, estime que cette loi envoie « un signal à la société française sur cet enjeu de société ». Cette interdiction pourrait être un moyen de prévention contre le cyber harcèlement, la consultation de sites pornographiques ou l’addiction aux écrans. Le projet, quant à lui, précise qu’ « il semble ainsi nécessaire de renvoyer à nos jeunes une image d’exemplarité ». 

En outre, si l’interdiction du portable pour les professeurs a un temps été évoquée, Jean-Michel Blanquer a balayé cette possibilité d’un revers de la main considérant que cela ne serait « pas opportun » et craignant les « effets pervers » d’une telle décision en terme de sécurité.

Notons que certains établissements appliquent déjà cette mesure. C’est le cas, dans un collège à Loches près de Tours, où il est interdit même pendant les heures de pause. En Outre-mer, ce sont plusieurs établissements de Guadeloupe qui ont inclus cette interdiction dans leurs règlements intérieurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.