Des hôtels de la Pointe de la Verdure au Gosier © Aéro Tropix

L’activité hôtelière en Guadeloupe reprend du poil de la bête. En 2017, le taux d’occupation des hôtels a fait un bond. De quoi réjouir les professionnels du tourisme sur l’île.

« En 2017, l’activité hôtelière de Guadeloupe confirme une croissance retrouvée ces trois dernières années avec 24 % de nuitées et 22 % de touristes arrivées dans la région de plus par rapport à 2016. » C’est le constat que dresse l’Insee dans son bilan économique 2017 pour la Guadeloupe.

Après quelques années compliquées, l’hôtellerie en Guadeloupe retrouve des couleurs. Une embellie qui contribue de fort belle manière au remplissage des hôtels de l’île. En 2017, le taux d’occupation des hôtels est en hausse de 8,7 %, indique l’enquête menée par l’Insee nuancé par la durée moyenne de séjours qui se stabilise.

L’activité maintient son rythme de croisière 

En chiffres, cette croissance qui a démarré en 2014 représenté plus d’un million deux cent mille nuitées en 2017. « Elle croît de près de 24 % en un an et confirme une croissance amorcée en 2014 (+ 2,2 %, après + 2,9 % en 2015) », précise l’Insee.

C’est la meilleure année pour la Guadeloupe, depuis 2010, mais également pour l’Hexagone (+ 4,9 %) et la Martinique (+ 8,6 %). Avec une hausse de 3,6 % en Guyane, 2017 est la deuxième meilleure année après 2014 (+ 9,9 %).

Entre 2010 et 2017, la croissance annuelle moyenne en Guadeloupe est d’ailleurs de 3 %, davantage qu’en Guyane (1,3 %), qu’en France hexagonale (1 %) et qu’en Martinique où elle baisse de 0,1 %, conclut l’enquête.

Des touristes toujours aussi nombreux

Pour remplir les chambres d’hôtels, il faut du monde, beaucoup de monde. Et pour s’en occuper, les touristes ne se font pas prier. Résultat : « près de 340 000 touristes sont arrivés dans les hôtels de Guadeloupe en 2017. 22 % de plus qu’en 2016, année où une timide reprise s’est amorcée (+ 1 %) après deux années de baisse. » L’année 2017 est également la meilleure depuis 2010, suivie par 2013 (336 000 visiteurs).

La clientèle demeure majoritairement française, bien que moins nombreuse que les années précédentes, tandis que la clientèle étrangère ne cesse de progresser. Le pic de fréquentation se situe au mois de mars, le dernier mois de la saison touristique qui court d’octobre à mars en Guadeloupe.

Autant dire que l’activité hôtelière en Guadeloupe reprend des couleurs et semble sur une bonne dynamique. Preuve en est, cet indicateur plutôt flatteur : en 2017, l’augmentation des nuitées est plus forte en Guadeloupe qu’en Hexagone ainsi que les arrivées.

© Insee

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.