© Whitelook

Pour la première fois de son histoire, l’aéroport Pôle Caraïbes a accueilli 2,3 millions de passagers. Le niveau de trafic passagers est le plus important jamais traité par l’aéroport, qui conserve sa place de premier aéroport des départements et collectivités d’Outre-mer.

Les statistiques de l’aéroport Guadeloupe-Pôle Caraïbes continuent leur folle ascension. En 2016, un cap avait déjà été franchi et l’année suivante, la bonne dynamique du trafic passagers se confirme. Selon l’enquête réalisée par l’Insee, en 2017, le trafic de l’aéroport Guadeloupe-Pôle Caraïbes a encore progressé au point d’être le plus important jamais réalisé par l’aéroport.

L’aéroport Guadeloupe-Pôle Caraïbes a accueilli 2 361 173 passagers en 2017 (passagers en transit compris). Un cap qui permet à la plateforme aéroportuaire, de conserver sa place de premier aéroport des départements et collectivités d’Outre-mer.

2017, année record pour Pôle Caraïbes

En 2017, Pôle Caraïbes a accueilli 2 361 173 passagers. Aucun autre département d’Outre-mer ne rivalise pour l’heure. En attendant un éventuel manau-à-manau, ses dauphins, les aéroports de la Martinique et de La Réunion conservent également un bon rythme. L’aéroport Aimé Césaire de la Martinique a accueilli 1 852 786 passagers, en 2017. Un chiffre en légère augmentation comparativement à 2016 et son trafic passagers équivalent à 1 801 083 passagers.

Mais alors, comment est réparti le trafic passagers en Guadeloupe ? De quelles destinations viennent les visiteurs ? Selon les données exposées par l’Insee, la ligne transatlantique représente 60 % du trafic. Ce qui signifie que plus de la moitié du trafic passagers provient de l’Europe et plus particulièrement, de la France métropolitaine. Juste derrière, les passagers au départ de la Martinique et la Guyane.

La plus forte augmentation du trafic est inscrite chez les passagers provenant de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle avec un nombre qui a plus que doublé. Une aubaine quand on sait que le débat relatif à la quasi absence de vols au départ de Roissy Charles de Gaulle se poursuit en coulisses.

L’Amérique du Nord donne un coup de pouce

L’arrivée de la low-cost long-courrier Norwegian qui propose des vols entre Fort Lauderdale, New York-JFK, Providence et les Antilles françaises n’est pas étrangère au record établi par l’aéroport Pôle Caraïbes sur l’année 2017.

Pour l’Insee, Norwegian n’est pas la seule compagnie aérienne à avoir contribué à la progression du trafic passagers en Guadeloupe. L’ouverture, en novembre dernier, de la destination Atlanta par Air France a apporté sa pierre à l’édifice.

La part du réseau Amérique du Nord en 2017 est de 6 % du trafic aérien, précise l’enquête. L’aéroport Pôle Caraïbes a de plus joué un rôle stratégique durant quelques jours suivant le passage de l’ouragan Irma, peut-on lire. Le trafic de passagers partant de Guadeloupe vers Saint-Martin et Saint-Barthélemy et Paris-Orly « via Pointe-à-Pitre » pour les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy a largement contribué à l’augmentation du nombre de passagers en transit (+ 14,4 %). De plus, la Guadeloupe a certainement bénéficié de la fermeture de l’aéroport international Juliana à Saint-Martin, durement endommagé par l’ouragan Irma.

Quant au trafic sur le réseau régional, il reste stable. Le nombre de passagers entre la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane reste sensiblement le même avec une légère augmentation de quelques milliers de passagers pour chaque route.

Autant de facteurs qui confirment la bonne santé du trafic aérien dans les Antilles françaises. De bonne augure à quelques mois du début d’une nouvelle saison touristique qui pourrait ainsi surfer sur la bonne tendance de 2017.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.