https://www.voanews.com/a/us-official-to-puerto-rico-we-are-here-to-help/4050833.html
© VOA

Des chercheurs de l’université d’Harvard contestent le bilan officiel de 64 décès à Porto Rico, après le passage dévastateur de l’ouragan Maria en septembre dernier. La saison cyclonique 2018 débute le 1er juin dans l’océan Atlantique nord.

À quelques jours du début de la saison cyclonique 2018, l’heure est encore au bilan à Porto Rico. L’île, située à l’est de Saint-Domingue dans la mer des Caraïbes, a été ravagée le 20 septembre dernier par l’ouragan Maria, faisant 64 morts selon les autorités.

Un bilan officiel contredit par une étude de terrain conduite par quinze chercheurs de la Harvard T.H. Chan School of Public Health, publiée mardi 29 mai 2018 dans la revue scientifique The New England Journal of Medicine. Selon les scientifiques, l’ouragan de force 4 aurait fait 4645 morts, soit 70 fois plus que le nombre de victimes annoncées dans le bilan officiel (déjà très contesté par les habitants de l’île, des journalistes ainsi que des experts indépendants).

«Nos résultats indiquent que le bilan officiel de 64 morts sous-estime grandement le réel fardeau de la mortalité après l’ouragan Maria», rapportent les auteurs de cette étude menée en janvier et février dernier. Ils expliquent que ces 4645 personnes sont décédées des conséquences directes de l’ouragan. En effet, lors de son passage « Maria » a détruit de nombreuses infrastructures, le réseau électrique ainsi que les routes ont été fortement endommagés, privant la quasi-totalité des 3 millions d’habitants de Porto Rico d’eau, de téléphone, de transport et d’accès aux soins.

Porto Rico est un territoire non incorporé aux États-Unis (l’île a un statut de Commonwealth, comme Guam et les Îles Vierges américaines). Ses citoyens possèdent la nationalité américaine, mais n’ont pas d’élu au Congrès. Le gouvernement avait été critiqué pour sa prise en charge de la catastrophe, par rapport au Texas et à la Louisiane, frappés par un autre ouragan à la même période, la tempête Harvey.

« Nous nous sommes toujours attendus à ce que le chiffre soit supérieur à ce qui a été annoncé initialement », a réagi Carlos Mercader, directeur de l’administration des affaires fédérales de Porto Rico. Le gouvernement a d’ailleurs commandé une autre étude sur le nombre de victimes de « Maria » à l’Université George-Washington, qui doit être rendue publique dans les prochaines semaines.

« Surmortalité »

Pour obtenir ce bilan, les chercheurs ont étudié la « surmortalité » («excess deaths») survenue dans l’île américaine dans le sillage de Maria. Ils ont constitué un échantillon représentatif à partir de 3299 foyers. Ils ont ensuite demandé à ces ménages s’ils avaient connu un décès dans leur famille, qu’importe la cause, entre le 20 septembre et le 31 décembre 2017. Avec les résultats obtenus, l’équipe scientifique a calculé le taux de mortalité du dernier trimestre 2017 : 14,3 morts pour 1000 personnes. Elle a comparé cette valeur au taux de l’an dernier, à la même époque et observé une augmentation de 62%. En somme, sur l’ensemble de l’île, le nombre de morts s’élève à 4645 morts.

Parmi ces victimes, « un-tiers sont à attribuer au retard ou à l’interruption de la prise en charge médicale », selon les chercheurs. En moyenne, les ménages avaient passé 84 jours sans électricité, 64 jours sans eau, et 41 jours sans accès au réseau téléphonique mobile. 

Comment expliquer un écart aussi important par rapport au bilan officiel ? Les auteurs de l’étude donnent plusieurs raisons. Pour être comptabilisée dans le bilan d’une catastrophe naturelle, la mort d’une personne doit être confirmée par l’Institut des sciences médico-légales de Porto Rico. Une reconnaissance rendue difficile par la destruction des axes routiers. De plus, les scientifiques n’ont pas pris en compte les actes de décès établis des suites de l’ouragan après le 31 décembre 2017, ni les personnes seules décédées qui n’ont pas pu répondre au sondage. 

En tenant compte de ces données, les chercheurs avancent une autre estimation probable « à plus de 5 000 morts ». Huit mois après le passage de l’ouragan Irma, certains foyers de Porto Rico sont toujours privés d’électricité ou d’eau courante. Le 23 mai dernier, Donald Trump a rallongé le programme de financement fédéral pour rétablir l’électricité dans toute l’île.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.