© Page Facebook "Collectivité de Saint-Martin / Our News"

Les délégations de l’association des maires de France de la Guadeloupe et de la Martinique se sont rendues sur l’île de Saint-Martin pour remettre à la collectivité 364 354 euros collectés auprès des communes et intercommunalités françaises.

« Au nom de la collectivité de Saint-Martin et de sa population, je vous adresse nos remerciements les plus appuyés », exprime Daniel Gibbs, le président de la collectivité de l’île. Lundi 14 mai, le territoire a accueilli deux délégations de l’association des maires de France de Guadeloupe et de Martinique, venues remettre un don de 364 354 euros.

Maurice Bonte, président de la délégation martiniquaise et maire d’Ajoupa Bouillon, et Jean-Pierre Pioche, président de la délégation guadeloupéenne, maire de la Désirade, ont récolté respectivement 105 871,14 euros et 258 483,20 euros auprès des communes et intercommunalités de France.

« Merci de transmettre mes amitiés à toutes les communes qui ont participé à cet élan de solidarité auquel nous sommes très sensibles », a salué Daniel Gibbs, aux côtés de son vice-président, Yawo Nyuiadzi. Un geste de solidarité pour soutenir la reconstruction de Saint-Martin, 9 mois après le passage de l‘ouragan Irma sur l’île.

À la suite de cette dotation, Saint-Martin a signé un partenariat avec chacune des collectivités, révèlent nos confrères du Pélican Journal. Le but de ces accords : s’assurer que les fonds versés seront utilisés pour des projets de construction ou restauration précis. Ainsi, les fonds collectés par la Guadeloupe serviront pour la reconstruction du Lycée Polyvalent des Îles du Nord à Marigot, tandis que ceux recueillis par la Martinique seront utilisés pour rebâtir l’école Omer Arrondell et le collège du Quartier-d’Orléans.

Le dispositif du chômage partiel prolongé

Selon un arrêté de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, publié samedi au Journal officiel, la durée du dispositif de chômage partiel a été prolongée à titre exceptionnelle à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

« Cette dérogation au dispositif d’activité partielle de droit commun vise à prendre en compte le choc économique qu’a constitué le passage de l’ouragan Irma et aider les entreprises exerçant leur activité à Saint-Martin et Saint-Barthélemy à maintenir leurs salariés jusqu’à la prochaine saison touristique », indique l’arrêté.

Le contingent annuel d’heures indemnisables au titre de l’allocation d’activité partielle pour les entreprises exerçant sur les deux îles « est fixé à 1 600 heures par salarié pour l’année 2018 ». Le dispositif permet à une entreprise de gérer une baisse d’activité ponctuelle sans avoir à licencier ses salariés. Ces derniers perçoivent un dédommagement de la part de leur employeur, qui de son côté touche une indemnité financée conjointement par l’État et l’organisme gestionnaire du régime d’assurance chômage.

« Au 3 mai 2018, 705 entreprises saint-martinoises bénéficiaient du dispositif, représentant 5.404 salariés et un coût potentiel de 26,5 millions d’euros ». À Saint-Barthélemy, 423 entreprises étaient concernées (…) « représentant 2.933 salariés pour un coût potentiel de 12,7 millions d’euros », indique l’AFP.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.