En France, comme à l’étranger, l’environnement tient une place de plus en plus importante pour les touristes lors de la préparation de leur séjour. Cette tendance fait l’objet de la récente étude sur l’écotourisme, réalisée par le site Booking.com, à l’occasion de la journée internationale de la Terre.

Prendre soin de la nature et la respecter, c’est justement ce que cherche à faire de plus en plus de touristes, à travers les destinations qu’ils choisissent. À l’occasion de la journée internationale de la Terre, le 22 avril, la plateforme de location touristique en ligne, Booking.com, a réalisé une étude (pour la troisième année consécutive) sur les habitudes et les attentes des voyageurs en matière de tourisme durable.

Les touristes sont-ils davantage respectueux de l’environnement ? Selon les données recueillies par Booking.com auprès de 12 134 personnes*, les touristes seraient de plus en plus intéressés par des séjours écologiques. Certains de ces vacanciers « écofriendly » seraient même prêts à engager plus d’argent si nécessaire.

Ainsi, 87 % des sondés ont déclaré vouloir réduire leur impact sur l’environnement lorsqu’ils sont en vacances. 39 % assure avoir réussi le pari.

Le nombre d’« écovoyageurs » en constante augmentation

Un voyageur est-il prêt à réserver un hébergement respectueux de l’environnement ? Les résultats démontrent une hausse de l’intérêt des touristes pour les hébergements respectueux de l’environnement. Pour preuve, le nombre de voyageurs ayant décidé de séjourner dans un logement « éco-responsable » n’a cessé de croître sur les trois dernières années. Ils étaient 62 % en 2016, puis 65 % en 2017. Cette année, 68% des sondés envisagent d’opter pour un « logement vert ».

Pourquoi choisir un logement « écoresponsable » ?

Les raisons principales avancées : « Réduire leur impact sur l’environnement (40 %), connaître une expérience authentique avec les locaux (34 %), se sentir en adéquation avec le choix de l’hébergement (33 %) », détaille Booking.com. Aussi, 60% des voyageurs ont indiqué que la beauté des paysages, admirés lors de leurs précédents séjours, a nourri leur prise de conscience. Par ailleurs, 54% des personnes interrogées ont déclaré avoir modifié leur habitude après avoir mesuré l’ampleur du tourisme de masse dans les destinations qu’ils ont visité.

Plusieurs détails peuvent aider les touristes dans le choix d’un hébergement, comme l’apposition d’un label écologique – gage de qualité – sur le site d’un hôte. Pour 40% des sondés, un filtre « écoresponsable » sur les sites de réservation les aiderait dans leurs recherches.

Le coût d’un voyage plus écologique reste un frein

Cependant, l’étude souligne un point important : le coût d’un voyage responsable reste plus élevé. Ainsi, 42 % des sondés ont déclaré ne pas pouvoir se permettre une dépense supplémentaire lors de leur voyage. Néanmoins, une majorité des voyageurs (67%) se disent prêts à payer leur séjour 5 % plus cher, s’ils sont sûrs d’affecter au minimum la planète.

Autre obstacle pour ceux qui souhaitent prendre la voie d’un tourisme durable : le manque d’informations. 32% des touristes ont affirmé ne pas savoir comment s’y prendre pour vivre un séjour plus écologique.

En 2017, Booking.com a lancé un programme d’accélération (reconduit cette année), baptisé Booking Booster, pour les start-up spécialisées dans le tourisme durable. Ces jeunes entreprises peuvent remporter un financement allant jusqu’à 500 000 euros.

*Les personnes sélectionnées pour ce sondage ont voyagé au cours des douze derniers mois ou planifient de le faire dans les douze prochains. Elles ont répondu entre février et mars 2018 à ce sondage dans 12 marchés différents (plus de 1000 en Australie, au Brésil, au Canada, en Chine, en Allemagne, en France, en Inde, en Italie, au Japon, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis). 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.