© Pixabay

Utiliser une monnaie numérique pour payer une activité ou réserver un service touristique. C’est l’expérience dans laquelle se lancent plusieurs pays des Caraïbes. L’objectif : booster l’économie touristique de la région. Un partenariat a même été signé en ce sens entre l’Organisation du Tourisme de la Caraïbe et la société Bitt Incorporation, le 5 avril dernier.

La cryptomonnaie (bitcoin, ether, ripple, etc) fait de nouveaux adeptes. Cette monnaie cryptée virtuelle, utilisée comme moyen de paiement sur des sites Internet comme Showroom Privée et Expedia, sera le fruit d’une expérimentation dans le secteur du tourisme dans les Caraïbes.

L’Organisation du Tourisme de la Caraïbe (CTO) et la société Bitt Incorporation (spécialisée dans le développement de solutions de paiement basées sur la Blockchain Bitcoin Cash), basée à la Barbade, ont conclu un partenariat pour examiner les avantages de cette solution de paiement, le 5 avril dernier.

Hugh Riley, secrétaire général de l’Organisation du Tourisme de la Caraïbe (à gauche) et Rawdon Adams, CEO de Bitt Inc (à droite), lors de la signature du partenariat, à la Barbade.

Un atout pour les Caraïbes

Cet accord vise à rendre plus flexibles les différentes solutions de paiements, notamment pour la réservation de produits et de services touristiques. Il est d’autant plus important puisque le tourisme constitue le moteur principal de l’économie caribéenne. Il génère environ 50 milliards de dollars du PIB de la région. Hugh Riley, secrétaire général de la CTO, croit fermement au potentiel de ce moyen de paiement : « Les cryptomonnaies peuvent potentiellement nous aider à atteindre plus rapidement nos objectifs sur des programmes et activités touristiques spécifiques ». Une opinion que partage également Rawdon Adams, son partenaire de la Bitt Incorporation.

L’émergence de la cryptomonnaie pourrait être un atout pour les Caraïbes. Le fruit de cette alliance pourrait participer à l’attractivité économique de la région. De plus, selon la Banque mondiale, en 2015, 50 % des résidents ne possédaient pas de compte bancaire. Par ailleurs, le paiement par cryptomonnaie pourrait diminuer le coût des taux de change liés aux exportations et aux importations. La durée initiale du partenariat est de 3 ans, mais, si les deux parties le souhaitent, il pourra être prolongé.

Il faut rappeler que ces monnaies, créées à l’origine comme monnaies indépendantes des banques centrales, autrement dit hors du contrôle de la puissance publique, font l’objet d’alerte pour leur caractère spéculatif. En effet, elles sont encore en phase de développement et cherchent leur équilibre entre moyen de paiement et actif financier.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.