La 1ère édition du Festival Tout-Monde a été officiellement lancée ce jeudi à Miami. L’événement culturel organisée par le Consulat de France à Miami a cette année pour ambassadrice, l’ancienne ministre, Christiane Taubira.

Jeudi, le Pérez Art Museum Miami s’est mis à l’heure des Caraïbes. Le musée incontournable donnant sur la baie de Biscayne était le théâtre du lancement de la 1ère édition du Festival Tout-Monde initié par le Consulat de France à Miami. L’événement se veut être un véritable tremplin pour les artistes caribéens. Pour ce premier jour, ils étaient une bonne dizaine à avoir fait le déplacement depuis la Guadeloupe, la Martinique ou encore, la Guyane afin de faire étalage de leur talent durant ces quatre jours dédiés à l’art caribéen contemporain.

Le festival d’arts contemporains pluridisciplinaires qui s’est donné pour mission de valoriser le travail d’artistes issus de la Caraïbe accueillait des artistes mais aussi des personnalités du monde culturel mais aussi politique. C’est ainsi que l’ancienne Garde des Sceaux, Christiane Taubira s’est vu confiée le rôle d’ambassadrice culturelle de ce festival qui revêt pour elle une importance particulière, elle qui a cotôyé Edouard Glissant, à l’origine de la notion « Tout-Monde ».

Quand la Caraïbe s’invite à Miami

Jeudi 1er, la 1ère édition du Tout-Monde Festival a été officiellement lancée par Christiane Taubira. Son discours a été suivi d’une conversation entre l’écrivaine américaine, Edwidge Danticat et Michael Dash, professeur de littérature française. L’objectif ? Tenter d’expliquer la signification de cette notion de « Tout-Monde » dans l’univers artistique mais pas que. Une discussion enrichissante qui a capté l’attention de la centaine de personnes ayant fait le déplacement.

Après une bonne heure dédiée au « Tout-Monde », la chorégraphe guadeloupéenne Léna Blou et le saxophoniste Jacques Schwarz-Bart, deux artistes qu’on ne présente plus, ont offert au public une performance brillante alliant musique et danse. Un duo qui a séduit le public et donné le ton de cette 1ère édition qui démontre tout le talent des artistes caribéens.

La première journée s’est achevée sur un discours des deux curatrices du festival, Johanna Auguiac et Claire Tancons, toutes deux originaires des Antilles françaises. Une intervention pour rappeler l’intéret de rendre hommage aux artistes caribéens et en particulier, aux jeunes talents sans oublier de rappeler l’importance du thème qu’elles ont choisi pour cette 1ère édition qui n’est autre que, « Hétéronomonde ».

Vendredi, le public et les artistes s’étaient donnés rendez-vous dans un autre haut lieu culturel de Miami, le Wolfsonian Museum. Les temps forts de ce deuxième jour : la projection du court-métrage « Tezen » réalisé par Shirley Bruno. Dans la foulée, le public est partie à la découverte des installations « Protect me » et « Figure One » signées de l’artiste guadeloupéen, Kenny Dunkan suivie d’une performance de ce dernier qui n’aura pas manqué d’attirer l’attention.

Ce samedi, suite du Festival Tout-Monde avec une journée rythmée par les performances, installations et projections au Little Haïti Cultural Center avant la clôture ce dimanche à Wynwood, le temple de la créativité à Miami.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.