© Shutterstock / Gajus

Le calendrier vaccinal vient d’être actualisé par le ministère de la Santé et des Solidarités. La nouvelle version de ce livret, présente les nouvelles obligations vaccinales (notamment concernant les enfants de moins de 2 ans) et les actions nécessaires à la mise en œuvre de ces recommandations.

Le calendrier des vaccinations est élaboré par le ministère chargé de la Santé après avis de la Haute autorité de santé (HAS). A l’intérieur, de nombreuses recommandations applicables aux personnes résidant en France et en Outre-mer, en fonction de leur âge. Il émet des recommandations vaccinales générales et des recommandations vaccinales particulières propres à des situations spécifiques.

Les nouvelles obligations vaccinales pour les enfants de moins de 2 ans

Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccinations sont obligatoires dans les 18 premiers mois pour tout enfant né à compter de cette date, rappelle le gouvernement. En pratique, l’extension à 11 vaccins obligatoires représente 10 injections étalées sur 2 ans. Ces vaccinations conditionnent son entrée ou son maintien en collectivité à partir du 1er juin 2018. Il s’agit des vaccinations contre :

  • la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, déjà obligatoires,
  • l’haemophilius influenzae B (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites),
  • la coqueluche,
  • l’hépatite B,
  • la rougeole,
  • les oreillons,
  • la rubéole,
  • le méningocoque C (bactérie provoquant des méningites),
  • le pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites), jusqu’alors seulement recommandées.

Pour les enfants de plus de 12 mois résidant en Guyane française, la vaccination contre la fièvre jaune est également obligatoire. Quant aux enfants nés avant le 1er janvier 2018, ils doivent être obligatoirement vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite à 2, 4 et 11 mois.

Parmi les nouveautés présentées par le gouvernement, le calendrier des vaccinations comporte un nouveau chapitre dédié à des populations spécifiques : femmes enceintes, nourrissons prématurés, personnes immunodéprimées et personnes âgées. Il contient également des mises à jour ou des précisions comme la période de vaccination contre la grippe saisonnière, la définition des termes nouveau-nénourrissonenfant et adulte, la liste des personnes pour lesquelles la vaccination contre l’hépatite B est recommandée, l’ajout et le retrait de certains vaccins, la définition de tranches d’âge pour la vaccination, les recommandations concernant les vaccins en situation persistante de pénurie, etc…

Par ailleurs, la sanction pénale spécifique au refus de vaccination est supprimée, ainsi que le prévoit l’article 49 de la loi de financement de la Sécurité sociale 2018.

Articles similaires

Laisser un commentaire