© Shutterstock / Daniel Huebner

Les deux îles des Antilles françaises collaborent avec six autres îles des Caraïbes dans le cadre d’un projet de régulation de la pêche du poisson volant dans la zone Caraïbe.

Barbade, Trinidad et Tobago, Grenade, Saint-Vincent-et-Grenadines, Sainte-Lucie et la Dominique sont les six îles des Caraïbes auxquelles se sont associées la Guadeloupe et la Martinique dans le cadre d’un projet de sauvegarde d’une espèce présente dans les eaux régionales, le poisson volant.

Le projet financé par le Fonds pour l’environnement mondial a débuté l’an dernier et comprend six sous-projets dans les six pays des Caraïbes orientales, plus la Guadeloupe et la Martinique.

Ce projet intitulé « Approche écosystémique des pêches » (EAF) évolue sous la supervision du Mécanisme régional des pêches des Caraïbes (CRFM) et se concentre sur la gestion et la conservation du poisson culturellement et économiquement significatif, qui est pêché par plus de 1 700 bateaux à travers la partie Est des Caraïbes et en Martinique, indique le site d’information.

« Nous utilisons dans la région un espace commun et des ressources marines vivantes communes; par conséquent, nous devons gérer ensemble ces intérêts communs », a déclaré le directeur exécutif du CRFM, Milton Haughton, à Caribbean News Now. « L’un de ces intérêts communs est la pêche au poisson volant, et le cadre de gouvernance élaboré pour la pêche du poisson volant pourrait être étendu et appliqué à d’autres pêcheries de la région. »

A noter que des informations sur les navires impliqués dans la pêche du poisson volant seront également recueillies, et de nouveaux accords de licence pour ces navires sont proposés.

Le projet « soutiendra une meilleure coopération entre les 17 Etats membres du CRFM et la France sur la gestion et la conservation des ressources marines vivantes communes », indique le site internet.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.