© Campus de L'AG / Delouise Alex

L’université des Antilles est en proie à de fortes turbulences depuis la rentrée universitaire. Des tensions qui, même avec un changement de présidence et les dispositions prises pour séparer les pôles divers pôles universitaires, ne semblent pas s’apaiser. 

Ce n’est pas une année qui commence sous les meilleurs auspices pour l’université des Antilles. Près de deux ans après la démission de Corinne Mencé-Caster, la nomination de Jacky Narayaninsamy comme administrateur provisoire et l’élection du Pr. Eustase Janky, le 25 janvier 2017, les tensions restent vives au sein de l’établissement…

Un conseil d’administration perturbé

L’ambiance semble de plus en plus délétère. D’après nos confrères de RCI, des élus martiniquais ont refusé de se rendre au conseil d’administration qui avait lieu ce mardi 16 janvier au campus de Fouillole en Guadeloupe. Cela,n’a cependant pas empêché à Eustase Janky de maintenir cette réunion. Les élus, eux, reprochent à Eustase Jancky de ne pas respecter l’autonomie des pôles de Martinique et Guadeloupe.

Le président, lui, a un discours différent. Pour lui, il n’y a aucun problème, car « les deux pôles fonctionnent ». Il a également expliqué que si l’un des deux pôles avait un problème d’ordre financier, il était prêt à lui venir en aide. Eustase Janky a tenu à ajouter que sa responsabilité qui était engagée, si une telle situation venait à se présenter.

Les relations semblent donc loin d’être au beau fixe à l’Université des Antilles. Et le nouveau livre de l’ancienne présidente de l’université Corinne Mencé-Caster, paru il y a quelques jours, ne va peut-être pas apaiser l’atmosphère.

Confidences et règlement de comptes

Le talisman de la présidente : Corruption à l’université. Avec ce titre, Corinne Mencé-Caster donne le ton. À travers ce roman – qui n’en est pas complètement un – Corinne Mencé-Caster revient sur ces quatre ans passés à la tête de l’Université. Des années qui l’ont marquée aussi bien professionnellement que personnellement. Corinne-Mencé Caster a souhaité raconter comment elle avait vécu les différentes affaires auxquelles étaient liées l’université.

L’ex-présidente relate ainsi l’histoire d’une organisation où « le gourou » (c’est comme ça que le personnage principal du livre est surnommé, ndlr) qui y règne, fait cohabiter corruption et clientélisme. Le livre explique de quelle manière Félix Talisman (le vrai nom du « gourou ») – directeur d’un laboratoire de recherches nommé Caribmia – va organiser ce système, et aussi comment face à lui, va s’opposer une résistance, bien décidée à mettre en lumière ses agissements.  À travers cette histoire, Corinne Mencé-Caster narre de quelle façon, la corruption, peut parfois gangréner une institution et combien il faut se battre pour pouvoir faire éclater la vérité.

Plus qu’un roman, cette histoire a des allures d’autobiographie quand on sait ce qu’a dû affronter l’ancienne présidente. En effet, quand elle a découvert qu’un laboratoire de recherches de l’université faisait des détournements de fonds, elle a dénoncé ces agissements et a été victime de divers menaces et attaques. Aujourd’hui, professeur à La Sorbonne à Paris, Corinne Mencé-Caster, semble donc avoir encore beaucoup de choses à dire.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.