Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a annoncé vouloir revoir en profondeur le fil d’actualité du réseau social. L’objectif : mettre plus l’accent sur les contenus partagés par vos amis ou votre famille que ceux des marques ou des médias. Une vive réponse aux critiques à l’encontre de la plateforme.

Un retour aux sources pour Facebook ? Le réseau social de Mark Zuckerberg a annoncé, le 12 janvier dernier, préparer une refonte de son fil d’actualité. Désormais, la plateforme va donner la priorité aux publications personnelles (famille et amis) de ses deux milliards d’utilisateurs. Résultats : plus d’amis, moins de marques, de médias ou encore d’entreprises.

Un virage « social » qui sonne comme une réponse aux critiques contre Facebook, notamment de propager des « fake news ». « Nous pensons que l’interaction entre les personnes est plus importante que la consommation passive de contenus », explique John Hegeman, responsable du fil d’actualité. « Facebook a été bâti pour rapprocher les gens. Cette mise à jour doit aider à améliorer cela .» a-t-il ajouté.

De plus, pour Mark Zuckerberg, aujourd’hui, « le fil d’actualité s’est détourné de ce qui est le plus important » a-t-il confié dans un post Facebook. « Il y a désormais plus de contenus et de vidéos créées par les marques que de posts publiés par vos amis » a-t-il fait remarquer dans ce même post. Le PDG de Facebook veut donc changer la donne. Il veut aussi faire en sorte que l’utilisation de Facebook soit moins passive, ce qui arrive « trop souvent » déplore-t-il, surtout lorsque l’on regarde une vidéo ou qu’on lit un article.

Cependant, le PDG de Facebook s’attend à ce que ce changement ait des conséquences sur la fréquentation de son réseau social, mais cela ne l’inquiète pas outre mesure. « Bien sûr, je m’attends à ce que le temps passé sur Facebook baisse. Mais ce temps sera mieux employé » . En outre, la mise en place de ce nouvel algorithme est également susceptible d’avoir un impact sur le titre du groupe en bourse.

Quelles conséquences pour les médias ?

Les médias – notamment ceux se trouvant exclusivement sur Internet – risquent de pâtir de la nouvelle politique de Facebook. Ainsi, des médias comme Brut (qui est suivi par plus de 800 000 personnes sur sa page) risque de voir ses contenus moins mis en avant et donc de toucher beaucoup moins de personnes ou d’avoir moins d’audiences et d’engagements sur leurs posts.

Néanmoins, une solution semble se profiler : la création de groupes privés. Ils peuvent concerner un thème précis (politique ou économie) ou alors servir à mettre en lien les lecteurs/internautes directement avec les journalistes. Cette idée de groupe a d’abord été développée par le Washington Post (avec PostThis), puis le Financial Times a suivi avec « FT Books Café », un groupe sous forme de « book club » avec en bonus des écrivains qui réalisent des « lives ».

D’ailleurs, plus qu’un revers pour les médias, cette annonce de refonte a également fait chuter l’action de Facebook en bourse. Ainsi, selon The Independant, Mark Zuckerberg aurait perdu 3,3 milliards de dollars. Mais, pas de quoi s’alarmer pour la chaîne américaine CNBC qui précise que « malgré le recul du titre, les réactions des analystes ont été plus positives ».

Aucune date n’a pour l’heure été annoncée concernant l’arrivée de cette mise à jour.

Articles similaires

Laisser un commentaire