© Mediaphore

Après une période difficile, Saint-Martin et ses enfants n’ont pas été oubliés par le Père Noël. Lors de sa dernière tournée, il a fait escale sur l’île durement touchée par le passage de l’ouragan Irma. Dans sa hotte, des milliers de cadeaux collectés lors d’une opération de solidarité initiée par la compagnie aérienne Air Caraïbes.

Le soleil se lève à peine sur la Martinique mais à 6h45, nous sommes déjà au taquet à l’aéroport Aimé Césaire, en Martinique. Nous ? C’est une partie de l’équipe de la compagnie aérienne française Air Caraïbes qui a mis sur pieds une opération intitulée « Noël solidaire, un avion de cadeaux pour Saint-Martin ». L’objectif ? collecter un maximum de cadeaux de Noël pour les enfants de Saint-Martin.

Rappelez-vous, en septembre dernier, les Iles du Nord (Saint-Martin et Saint-Barthélemy) étaient sévèrement touchées par le passage de l’ouragan de catégorie 5, Irma. En l’espace d’une nuit, Saint-Martin a vécu un « enfer » pour au final, se retrouver défigurée. L’île a été partiellement détruite, les écoles, les maisons, les hôtels, les villas de luxe, les aéroports, le port, tout a souffert. Au-delà du matériel, ce sont les esprits qui ont été marqués, des plus petits aux plus grands.

Le passage destructeur de l’ouragan Irma a placé Saint-Martin dans une situation plus que délicate. Livrée à elle-même, l’île s’est retrouvée dans un chaos indescriptible qui a obligé l’Etat français à apporter son soutien à la Collectivité de Saint-Martin. Depuis le cyclone Hugo qui avait ravagé la Guadeloupe, en 1989 ou encore, Luis, en 1995, aucun cyclone n’avait autant fait de dégâts sur une île des Antilles françaises.

Reconstruire et se reconstruire pour mieux préparer l’avenir

Trois mois après le passage de l’ouragan Irma, Saint-Martin est en pleine phase de reconstruction. Si les professionnels du tourisme ont déjà tiré un trait sur la saison touristique 2017/2018, en revanche, les autorités et entreprises locales s’activent pour reconstruire les établissements hôteliers détruits pour la plupart. La loi française imposera désormais du 100% démontable et une reconstruction plus éloignée du littoral.

L’aéroport de Grand-Case basé en partie française a lui pu reprendre son activité en octobre quant à l’aéroport International de Juliana inutilisable, il devrait rouvrir d’ici quelques mois. En attendant, un service annexe a été mis en place et permet d’assurer des rotations entre les Etats-Unis et la France, entre autres.

© Mediaphore

Le secteur aérien s’est donc longtemps retrouvé dans une situation compliquée. Les compagnies aériennes ont ainsi dû faire preuve de patience. Air Caraïbes a été la première à reprendre ses vols depuis la Guadeloupe et la Martinique vers Saint-Martin.

Le Premier ministre arrive dans une école à Saint-Martin – A. Ascensio

Autre point épineux à gérer en priorité pour les acteurs locaux, la réouverture des établissements scolaires. Après Irma, les écoliers et étudiants n’ont pas pu reprendre les cours et ont dû attendre début novembre pour reprendre le chemin de l’école. Selon le Rectorat de l’académie de Guadeloupe, 75% des enfants inscrits sont aujourd’hui scolarisés, un taux qui devrait passer à 85% d’ici janvier prochain.

Sur le plan économique, la reprise se fait en douceur. Les acteurs économiques de l’île remontent progressivement la pente.

Le Père Noël fait escale à Saint-Martin

Suite aux évènements de septembre 2017 qui ont touché les Îles du Nord, Air Caraïbes et ses partenaires ont donc décidé de lancer une opération de solidarité destinée aux sinistrés. Pour les fêtes de Noël, la compagnie aérienne française a réalisé une grande collecte de cadeaux de Noël pour les enfants de Saint-Martin. Résultat des comptes : en trois semaines, 3 000 cadeaux ont été collectés en Martinique et en Guadeloupe. Cette opération menée en binôme avec la Collectivité de Saint-Martin qui a sélectionné des enfants dans des quartiers difficiles avait pour but de redonner un sourire aux enfants en cette période de fêtes et surtout faire en sorte qu’ils rencontrent le Père Noël qui a pris place sur le vol inaugural du nouvel ATR-72 600 d’Air Caraïbes, au départ de la Guadeloupe.

© Mediaphore

Pour cette grande opération de solidarité organisée le 20 décembre dernier, la compagnie aérienne a mis les petits plats dans les grands avec au programme, une flopée d’animations diverses, un village de Noël implanté sur le front de mer de Marigot, en présence d’exposants, artisans, commerçants, associations de Saint-Martin, sans oublier l’incontournable chanté « nwel » qui a su ramener de la chaleur et de la convivialité sur l’île.

© Mediaphore

Si les familles ont ainsi pu profiter des animations, bien évidemment, le point d’orgue de la journée était la remise des cadeaux collectés en Guadeloupe et en Martinique. Ils sont plusieurs milliers d’enfants, plus exactement 2 500 à s’être rendus au point de rendez-vous fixé par le Père Noël en personne. Après une période difficile, l’idée était de permettre à tous ces enfants de passer les fêtes de Noël dans une atmosphère plus sereine et réconfortante.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Entourés de leurs parents, les enfants pour la plupart issus de familles sinistrées ont pu récupérer un cadeau des mains du Père Noël. Pour la petite histoire, sur les 3 000 cadeaux récoltés et distribués par le Père Noël, 2 500 enfants ont été gâtés, le reste des cadeaux a été distribué dans les hôpitaux de l’île. Le Père Noël a ainsi pu gâter un maximum d’enfants pour le plus grand bonheur d’Air Caraïbes et son association, Solid’Air Caraïbes, à l’origine de cette opération de solidarité, saluée par les saint-martinois.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.