La créativité et l’habilité de Mélanie Fleury ont séduit le jury de l’émission « Cousu main », diffusée sur M6. La jeune femme d’origine guadeloupéenne, lauréate de la saison 3 du concours, sort son premier livre, mercredi 8 novembre 2017.

« À vos fils, à vos aiguilles, cousez ! » Samedi 28 octobre 2017, la chaîne M6 a diffusé la finale de l’émission « Cousu main ». Un programme, consacré à la couture, remporté par la pétillante Mélanie Fleury, âgée de 29 ans. Dix jours après sa victoire, la jeune femme d’origine guadeloupéenne –  qui vit à Bourges –  publie son premier ouvrage, Cousu main, les créations de Mélanie. Un pas de plus vers la consécration et la concrétisation de sa passion.  

Mediaphore : Vous avez remporté la saison 3 de l’émission « Cousu Main » diffusée sur la chaîne M6. Quel regard portez-vous sur votre parcours ?

Mélanie Fleury : Je suis assez contente. J’ai eu de la chance car ça n’a pas toujours été évident. L’entente entre les candidats était vraiment idéale. Il n’y avait pas de compétition entre nous. La compétition, je la ressentais plus vis-à-vis de moi-même. Il fallait que je donne le meilleur de moi-même. Mon but n’était pas d’écraser les autres. Je pense que ce sentiment était partagé par tous. Du coup, on s’est vraiment tous tout de suite très bien entendus. Avec les membres du jury (Julien Scavini et Tanya Sayer, NDLR), c’était pareil. Pendant les périodes de tournage, ils ont été de très bons conseils. Dès qu’on avait besoin d’eux, ils étaient disponibles. Et même en off, on a eu un super contact avec eux. On a pu apprendre plein de choses avec ces professionnels. Ça a été un stage intensif de couture. Une colo-couture ! C’était sympa.

 

Mediaphore : Quelle est votre histoire avec la couture ?

M.F : J’ai toujours voulu apprendre à coudre et je pensais que c’était hyper compliqué. Du coup, je n’osais pas trop me lancer. Il y a bientôt sept ans, j’ai eu mon premier enfant et pendant mon congé de maternité, je me suis dit que j’allais tenter. Au début ce n’était pas terrible, mes copines se moquaient de moi. (Rires). Mais ce n’était pas grave, j’ai continué. Je faisais des choses pour moi, pour mon fils… plutôt des accessoires. C’est vrai que ça a rapidement été la naissance d’une grande passion, et je n’ai jamais arrêté depuis. J’ai même l’envie d’en vivre à terme. Ce n’est pas encore le cas, mais j’espère qu’un jour que je pourrais vivre de cette passion pour la couture.

Mediaphore : Si on vous demande de définir l’univers que vous partagez à travers vos créations. Comment vous le décririez ?

M.F : Je pense que j’ai un univers moderne. J’aime beaucoup tout ce qui tourne autour de la mode enfant. Pendant l’émission (« Cousu main »), j’ai fait pas mal de choses pour les enfants dès qu’on avait le choix. Mes créations sont assez urbaines, modernes.

// Production du jour // C'est dimanche alors jai pris touuuuuuuut mon temps Merci @lescouponsdesaintpierre pour ta confiance, je file à la poste demain 😙 Mélanie F: chaussons Hand made (of course) et faits avec ❤ dispo du 16/17 (3 – 6 mois) au 42 😉 Attention pour les chaussons léopard, j'ai un stock plus que très limité. Je peux encore faire: 1 paire de 16/17, 1 paire de 18/19 et 1 paire de 20/2. Rdv sur le shop pour vos commandes. Si je trouve de nouveau un aussi joli cuir imprimé promis je le prends 😉 #naissance #bientotmaman #instababy #instamaman #listedenaissance #cadeaudenaissance #artisanat #mumpreneur #instababy #chaussonbebe #faitavecamour #valisebebe # naissance #babybump #madeinfrance #handmade #color #leather #slippers #igkids #baby #love #fashion #indoor #style #homemade #homesweethome

A post shared by Mélanie F (@melanief_leshop) on

Mediaphore : Et qu’est-ce que votre participation à « Cousu main » vous a apporté ?

M.F :  Le tournage a eu lieu, il y a plusieurs mois donc j’ai eu le temps de prendre du recul et un peu de distance par rapport à cela. Dans un premier temps, le fait de participer aux tournages, de remporter l’émission, ça aide à prendre confiance en soi et se dire que c’est possible d’en vivre un jour. Avec la diffusion de l’émission et celle de la finale, c’est un peu la folie depuis une semaine. Je reçois plein de messages, je ressens un certain engouement. Les gens sont sensibles à mon univers et à ce que j’ai pu dégager dans l’émission. Ça me très fait plaisir. Ça apporte quelque chose d’hyper positif, des choses qui ne me seraient pas arrivées si je n’avais pas fait l’émission comme par exemple, écrire un livre (prix gagné par le lauréat de l’émission, NDLR). Je suis très fière du travail que j’ai mené et j’ai pris beaucoup de plaisir à le faire. Il sort mercredi 8 novembre et on verra s’il va plaire aux personnes qui aiment la couture.

« Je n’aurais jamais imaginé écrire un livre dans ma vie. »

 

Mediaphore : Que contient votre livre ?

M.F : Le livre reprend 14 modèles, dont six de l’émission, et j’ai rajouté huit créations personnelles. Mes créations personnes touchent plus à l’enfant. Il y a un sac à dos, deux robes (une robe-salopette et une robe plus bohème), une couronne de fleurs, un tote bag. Je me suis vachement investie dans mon livre parce que j’avais envie qu’il me ressemble, à l’univers qui me plaît. J’ai refait certains modèles dont ceux de l’émission pour qu’il y ait une certaine cohérence entre les modèles. On a surtout préparé le shooting pour avoir de très belles photos et je suis super contente du résultat. Les photos sont superbes. Je ne m’attendais pas à ce que les visuels soient aussi beaux. Ça a été très intense d’un coup. Après il y eu des allers-retours, des petites modifications. C’était une expérience très agréable et inédite. Je n’aurais jamais imaginé écrire un livre dans ma vie.

©Mélanie Fleury

Mediaphore : Vous allez prochainement animer des ateliers lors d’un salon. En quoi consistent-ils ?

M.F : Dans quelques jours, il y a le salon « Créations & savoir-faire ». C’est l’un des salons – avec « Aiguille en fête » – à ne pas manquer dans l’année au niveau de tout ce qui est Do it yourself. J’y ai été invitée, ainsi que plusieurs autres candidats. On nous a demandé si on avait envie d’animer des ateliers pour partager des moments un peu privilégiés avec les visiteurs. Le but sur le salon : rencontrer et partager avec les gens qui nous ont suivi, leur apporter un peu de plaisir si c’est possible.

Mediaphore : Vous avez également votre marque de chaussons « Mélanie F » ?

M.F : J’ai commencé il y a un moment. Pareil, c’est un peu mon fils qui a été l’élément déclencheur. Je voulais des chaussons pour lui et j’ai décidé de les faire moi-même. C’est resté très confidentiel pendant longtemps. J’ai aussi participé à l’émission pour acquérir une certaine visibilité et toucher des personnes qui seraient intéressés. Là, le projet je le transforme un peu parce qu’à la base je faisais des chaussons finis et puis avec l’émission, j’ai réalisé qu’on touche davantage des personnes qui aiment coudre et faire les choses par elles-mêmes. Je suis donc en train de travailler sur des kits en ce moment. Je vais les présenter au salon. Tout le matériel nécessaire et un guide de montage sont inclus.

Mediaphore : Et quelle sera la suite pour vous ?

M.F : Je vais bientôt avoir un bébé, donc je vais dans un premier temps me consacrer à ma vie familiale et prendre un peu de temps pour moi. Ensuite, aller animer des ateliers. Je reçois pas mal de sollicitations pour faire des séances de dédicaces, avoir des moments d’échange. Je vais devoir organiser tout cela. Après j’ai envie de développer mes projets personnels. Mais je reste ouverte à toute proposition et opportunité qui se présente à moi.

 

©Mélanie F. shop

Articles similaires