Le système éducatif français ? Les parents n’en veulent pas ! C’est ce que démontre une étude Ipsos réalisée en septembre dernier. Conclusion : en France, 95% des parents sont favorables à une réforme du système éducatif.

L’école, c’est la priorité du nouveau gouvernement Macron. Les réformes scolaires font débat depuis un certain temps. Semaine de cinq jours puis retour à la semaine de quatre jours pour les écoliers du primaire… On ne sait plus où donner de la tête. De surcroît, la question de l’apprentissage chez les jeunes est mise sur le tapis.

Dans une étude menée par Ipsos pour Squla, plateforme de jeux éducatifs pour enfants, les parents veulent une (vraie) réforme. 95% des parents d’enfants âgés de 6 à 12 ans sont favorables. Il faut un système plus pédagogique pour près de 8 parents sur 10, en particulier via des outils numériques.

Pour permettre d’améliorer l’apprentissage des enfants en cours, plus de 9 parents sur 10 sont favorables à une limitation à quinze élèves par classe pour les cours de sciences et à faire davantage participer les enfants. Notamment via des exposés ou des spectacles (90%).

Source: Ipsos

Une vision de l’école comme à l’étranger

Pour certains parents, le système éducatif français est le mauvais élève comparé à ses collègues d’Europe du Nord. Ces derniers favorisent la participation et la responsabilité des enfants, dans des classes à effectifs réduits.

Le système éducatif français serait perçu comme moins efficace pour rassurer les enfants sur leurs capacités et savoirs (69%), pour donner confiance en eux aux élèves (68%), pour développer chez chaque élève la conscience de ses acquis et de ses lacunes (65%), pour encourager l’esprit critique ou pour donner aux élèves l’opportunité de montrer ce qu’ils savent (63%).

Ces parents (26%) désignent la Suède comme le meilleur modèle à suivre pour réformer l’école primaire.

Source: Ipsos

On change les règles mais on ne touche pas aux notes

Les parents veulent tout du modèle éducatif voisin sauf les notes (51%). Près de 6 parents sur 10 s’opposent à un remplacement des notes par un système de lettres. La bonne vieille méthode de notation sur 10 ou sur 20 est préféré par les pères (53%) même si les mères (49%) sont mitigés.

Ce sont pourtant les parents (37%) qui estiment nécessaire une réforme en profondeur du système scolaire à être favorables à la suppression des notes. Tout de même, moins du tiers des parents (32%) considèrent que les notes à l’école primaire sont un obstacle à l’épanouissement des enfants et à leur apprentissage.

Articles similaires