Les électeurs guadeloupéens se mobilisent moins souvent qu’au niveau national. C’est ce qui ressort d’une enquête menée par l’Insee. La tendance est similaire en Martinique.

La politique passerait-elle au second plan pour les Antillais ? La réponse est bel et bien oui. En se fiant à une récente enquête menée par l’Institut National des Statistiques et d’Etudes Economiques, sur la participation des Guadeloupéens lors de l’élection présidentielle et des législatives de 2017, on apprend que la Guadeloupe est l’une des régions de France où la participation systématique aux élections est la plus faible : 15,5 % des électeurs se sont déplacés à chaque fois qu’ils y ont été invités, soit 20 points de moins que la moyenne nationale.

Sur les 255 000 personnes inscrites sur les listes électorales en Guadeloupe, une majorité s’est sentie plus concernée par la présidentielle. En Guadeloupe, la mobilisation a été plus importante et plus assidue pour la présidentielle que pour les législatives. Les plus jeunes et les plus âgés sont ceux qui participent le moins souvent aux élections, apprend t-on.

© Insee – (Taux d’abstention systématique par région aux élections de 2017 en France) (en %)

En Guadeloupe, six électeurs sur dix ont voté à au moins un tour de la présidentielle. Quelques semaines plus tard, seuls quatre électeurs sur dix ont participé au moins une fois aux législatives. Les électeurs sont plus assidus pour la présidentielle que pour les législatives : 38 % d’entre eux ont voté aux deux tours de la présidentielle c’est quinze points de plus que pour les élections législatives.

Âge et abstention, les deux font la paire

Selon les données relevées par l’Insee, l’âge apparaît comme l’ une des caractéristiques déterminantes de l’abstention aux élections. Entre 18 et 29 ans, deux électeurs sur cinq n’ont participé à aucun des quatre scrutins. « L’une des explications pourrait être liée au départ des jeunes pour l’Hexagone, afin de poursuivre leurs études ou de trouver un emploi. »

À partir de 70 ans, un électeur sur deux ne s’est déplacé à aucun des rendez-vous électoraux. Entre 30 et 70 ans, l’abstention systématique diminue avec l’âge et atteint son niveau le plus bas pour les électeurs âgés de 60 à 69 ans. Les jeunes retraités s’impliquent davantage dans la vie politique que les autres électeurs. Cette abstention systématique reste à tout âge plus importante en Guadeloupe qu’en Hexagone. En Guadeloupe, les hommes votent moins souvent que les femmes au scrutin présidentiel (quatre points d’écart) alors qu’au niveau national, leur participation est quasiment identique.

Autre statistique marquante, les personnes en couple se déplacent plus souvent pour les élections que les personnes seules et les enfants en âge de voter vivant chez leurs parents. Ces derniers, se désintéressent plus souvent de la vie politique. Ainsi, 40 % des jeunes électeurs vivant chez leurs parents n’ont voté à aucun des différents scrutins. Cette proportion est la même chez les inscrits vivant seuls.

L’Insee réalise régulièrement des enquêtes sur la participation électorale. En Guadeloupe, l’enquête de 2017 porte sur les élections présidentielles et législatives. Un échantillon d’électeurs potentiels a été constitué à partir de l’échantillon démographique permanent, qui contient les informations d’un échantillon de personnes concernant notamment leur inscription ou non sur listes électorales, leurs réponses à l’enquête annuelle de recensement de 2015 et leur niveau de vie issu de la source fiscale. Les caractéristiques sociodémographiques sont donc celles déclarées au recensement en 2015.

La participation d’un sous-échantillon de 1 128 personnes est ensuite relevée par les agents de l’Insee en consultant les listes d’émargement en préfecture dans les dix jours qui suivent le scrutin, comme tout électeur peut le faire. Le vote blanc ou nul est un vote, avec émargement sur la liste électorale. Il est donc comptabilisé comme une participation.

Articles similaires