Plusieurs jours après le passage de l’ouragan Irma sur la Floride, Miami reprend peu à peu des forces. Eprouvée, « Magic City » comme on la surnomme, se focalise sur la reconstruction. Reportage.

Il y a des week-end beaucoup plus paisibles que celui vécu par les habitants de Miami, il y a quelques jours. Et pour cause, l’ouragan Irma s’est invité pour rappeler aux américains que la planète continue de se réchauffer, à l’heure où leur président Donald Trump a clairement fait du climat, le cadet de ses soucis. Un comble lorsque l’on sait que le milliardaire américain détient une luxueuse villa sur l’île de Saint-Martin, ravagée par le passage de l’ouragan Irma, tout comme sa voisine, l’île de Saint-Barthélemy.

Captivés par l’évolution de l’ouragan destructeur après son passage ravageur sur la Caraïbe, la Floride et ses habitants n’ont pas perdu de temps pour réagir, amenés par le maire de Miami Beach, Philip Levine qui n’a pas hésité une seule seconde à exhorter les habitants de sa ville à quitter la côte pour se rendre dans le Nord ou l’Ouest de l’Etat. L’objectif ? Se mettre à l’abri et éviter de rendre la situation plus dramatique qu’elle ne l’était déjà.

© Jessy Schuster

Une initiative salutaire qui a eu pour conséquence de déplacer plusieurs centaines de milliers de personnes en déduisant les réfractaires qui ont préféré rester à « Magic City ». Rhonda B. 39 ans, professeur d anglais passe le cyclone avec sa mère, son frère et son fils de 15 ans. « Je reste dans notre maison pour le moment mais je regarde les nouvelles avec attention. Si ça bouge encore vers l ouest, je partirais dans un abri public près de chez nous car j’ai peur des inondations. »

Un ouragan « hors catégorie » mais le pire évité

Plusieurs jours après le passage de l’ouragan de catégorie 4 Irma qui aura ravagé plusieurs îles des Caraïbes avant de mettre le cap sur la Floride, les habitants de Miami reprennent peu à peu une vie normale. Florida Power and Light (FPL), la compagnie d électricité de la Floride a déployé ces derniers jours 19 500 employés sur le terrain, un chiffre record, pour faire face a un autre chiffre record de perte d’électricité en Floride soit 5 millions. C’est le nombre d’habitants privés d’électricité sans compter le million de personnes dans la même situation dans le comté de Miami Dade.

© Jessy Schuster

L’ouragan Irma a atteint des records dans plusieurs domaines : sa taille, son pouvoir destructeur et sa lente vitesse de déplacement. « La totalité des 69 930 km2 et 27 comtés de nos territoires desservis ont été affectés par le cyclone », explique Eric Silagy, President et CEO de FPL. « Notre main d’oeuvre travaille 24/24 afin que la population retrouve le courant. »

Les écoles de leur côté restent fermées jusqu’à la semaine prochaine tandis que les commerces rouvrent leurs portes progressivement. Pour les commerçants, il est temps de revenir aux affaires surtout que le couvre-feu instauré par les autorités a été suspendu. Seule la ville de Miami Beach a décidé de conserver son couvre-feu de 23h à 7h du matin.

Miami Beach durement impactée

Si la Floride a connu bien pire ouragan qu’Irma, en revanche, cela n’a pas empêché Miami Beach de souffrir. La ville incontournable a été littéralement envahie par les eaux tout comme certains quartiers de Miami comme Brickell. La plage de Miami Beach réputée était méconnaissable ces derniers jours encore sans compter les arbres qui se sont écroulés sous la pression du vent.

L’aéroport de Miami reprend progressivement son fonctionnement et devrait être totalement fonctionnel d’ici la fin de cette semaine.

Lundi, le président des Etats-Unis, Donald Trump a déclaré l’état de catastrophe naturelle à la Floride qui devra s’armer de patience avant de retrouver un fonctionnement normal.