Pour Maël Crifar, le football n’est pas un simple passe-temps, il a placé ce sport au centre de ses intérêts professionnels. A 15 ans seulement, le jeune martiniquais a déjà réalisé un parcours qui en dit déjà long. Partons à la découverte d’un futur espoir du football français.

Actuellement scolarisé en seconde générale, Maël Crifar était encore petit lorsqu’il regardait son cousin Karl, ancien joueur du Club Colonial et son frère Teddy joueur de l’Aiglon, jouer au football. Totalement fan, il est rapidement passé de spectateur à joueur. Maël a donc appris à manipuler un ballon sur le terrain en étant supervisé par son frère et son cousin. Depuis, Maël nourrit l’envie de faire de ce sport, son projet professionnel. Il n’est pas de ceux à se faire des promesses en l’air : ce lycéen se donne tous les moyens pour y parvenir.

Scolarisé au lycée La Jetée, il fait partie d’une classe où il n’y a que des sportifs. Grâce au pôle football, tous les lundis, les mardis et les jeudis, ses élèves suivent des entraînements spécifiques. Mais les lundis, les mardis et les jeudis ne suffisent pas puisqu’à la question, tu y consacres combien de temps à cette discipline par semaine ? Maël répond « tous les jours ». Nous supposons donc que c’est au quotidien, que la différence se fait.

Mediaphore : A l’avenir, tu comptes continuer à te professionnaliser ici en Martinique ou te déplacer dans l’hexagone ?

Maël : « Si c’est possible, je vais me déplacer. Il y a plus d’opportunités là-bas donc ce serait un bon moyen de réussir. »

Mediaphore : Sachant que ce ne sont pas les clubs de football qui manquent, ton cœur balance plutôt vers lequel ?

Maël : « Il y en a plusieurs : le PSG, le Barça (le FC Barcelone, ndlr) et un club en Allemagne qui s’appelle le Bayern Munich. Le PSG est un club qui est titré depuis plusieurs années en France. Le Barça est quant à lui titré en Espagne et le Bayern est un club titré en Allemagne. Un club qui en passant, remporte beaucoup de matchs. »

« Il faut rester soi-même et ne pas prendre la grosse tête où autre chose. »

Mediaphore : Parmi ces trois clubs, si un jour tu avais la possibilité d’intégrer l’un d’entre eux, tu opterais pour lequel ?

Maël : « Le Barça ! Ça c’est sûr ! »

Mediaphore : Qu’est-ce que ça te procure de jouer au football ?

Maël : « Lorsqu’il y a des choses qui me tracassent, le foot me vide. Ça me donne envie de jouer à chaque fois. »

Mediaphore : Tu évolues à quel poste ?

Maël : « Je joue en tant qu’attaquant gauche. »

Mediaphore : Tu as toujours occupé ce poste ?

Maël : « J’ai déjà joué en pointe mais je n’aime pas trop. Lorsqu’on est en pointe, il faut toujours rester sur le dernier défenseur alors qu’être attaquant gauche, tu attaques, tu défends ou tu crées des occasions. C’est ce qui est bien avec ce poste. »

« Il y a des sacrifices à faire. »

Mediaphore : La société voudrait nous faire croire que certains métiers sont fait uniquement pour les hommes et d’autres uniquement pour les femmes. Penses-tu que le football est un sport réservé qu’aux hommes ?

Maël : « Non non. Il y a également le football féminin, ce n’est pas forcément réserver qu’aux garçons. Je pourrais même conseiller ce sport à une fille. »

Mediaphore : Après ton premier tournoi, tu as été désigné capitaine. Comment assures-tu ton rôle de capitaine ?

Maël : « Il faut rester soi-même et ne pas prendre la grosse tête où autre chose. Lorsque les coéquipiers sont en difficulté, il faut les encourager afin que tout se passe bien. » 

Mediaphore : Comment penses-tu pouvoir gérer tes déplacements professionnels et ton lien avec la famille sachant que tu voyages déjà beaucoup ? 

Maël : « Ce sera bizarre, ça va me faire un petit truc mais bon, il y a des sacrifices à faire. »

Mediaphore : Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui, comme toi souhaite faire du football son métier ?

Maël : « De travailler tous les jours, de se donner à fond tous les jours aux entraînements. Jamais de 50%, il verra que ça va payer et que ça va bien se passer. »

Mediaphore : Plutôt Neymar ou Benzema ?

Maël : « Neymar. Ils n’ont pas le même style de jeu. Neymar joue plus du côté où j’ai l’habitude de jouer c’est-à-dire du côté « attaquant gauche ». Alors que Benzema c’est attaquant qui joue en pointe. En plus, il a le numéro 10 donc… (Rires). »

Mediaphore : Si tu devais définir le football en un mot, ce serait lequel ?

Maël : « Plaisir. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.