Hugo, Dean, Irma… Chaque tempête et ouragan possèdent un nom, mais comment sont-ils attribués et pourquoi ?

Hugo, Dean, Irma, etc ont été appelé ainsi, tout simplement pour que l’on puisse les reconnaître. « C’est tout simplement plus facile pour la communauté scientifique d’identifier les phénomènes et d’éviter les confusions », Jean-Noël Degrace, chef de service de Méteo France.

Mais cela commence, il y a longtemps, par une comédie entre les marins de l’US Navy. A chaque tempête, ils avaient pour habitude de donner le prénom d’une des petites amies des marins.

Seulement, cela n’a pas été aussi facile. Des féministes ont demandé d’arrêter de donner des prénoms féminins à ces phénomènes cycloniques car cela est dégradant. C’est à partir de là que les listes ont été équilibrées, nous raconte le chef de service de Météo France.

« Tu t’appelleras Irma cette année »

Six listes ont été établies par le National Hurricane Center de Miami (Floride) en 1953 pour les pays de l’Atlantique nord. Elle comporte vingt-et-un prénoms par liste pour vingt-et-un éventuels ouragans à l’année.

Une liste est utilisée en boucle tous les six ans. Ainsi, la liste de 2017 sera réutilisée en 2023

Si un prénom est associé à une tempête trop meurtrière ou coûteuse, il est ôté de la liste. Ainsi, le nom de Katrina, qui avait ravagé la Nouvelle-Orléans en 2005, ne sera plus donné, tout comme Wilma ou Hugo. Pour Harvey, qui a frappé le Texas en août, la décision doit être prise lors d’une réunion de l’Organisation météorologique mondiale.

En Europe, un autre système

L’Institut allemand de météorologie, qui dépend de l’université de Berlin donne un prénom aux tempêtes et aux anticyclones depuis 1954. Et c’est depuis 2002, qu’il propose au public de choisir le nom d’une dépression ou d’un anticyclone qui affectera l’Europe dans l’année (moyennant paiement).

La liste des noms des tempêtes en Atlantique

 

La liste des noms des tempêtes dans le Nord-Est

 

La liste des noms des tempêtes pour le Centre Pacifique Nord

Articles similaires