© mhscfoot.com

Footballeur professionnel durant douze ans, Garry Bocaly a arrêté le football depuis 2 ans maintenant. Cet ancien arrière droit porte dorénavant plusieurs casquettes. Garry Bocaly est dans le secteur des spiritueux par le biais d’un alcool pétillant. Il intervient auprès de l’académie de jeunes pour le football en Martinique et organise des matchs et des stages pour les équipes professionnelles. Notre rédaction est partie à sa rencontre…

 Mediaphore : À quelle période avez-vous commencé à avoir de l’intérêt pour le football ?

Garry Bocaly : « Je ne savais même pas encore marcher.  Mon papa et mes cousins étaient passionnés de football donc à partir de cette passion, je n’avais même pas encore les pieds sur terre. »

Mediaphore : Détaillez-nous votre parcours.

Garry Bocaly : « J’ai eu ma première licence à 5-6 ans à l’éveil des Trois-îlets jusqu’à mes 15 ans. J’ai joué à l’Olympique de Marseille jusqu’à mes 21 ans avec un passage au FC Libourne-Saint-Seurin. J’ai poursuivi à Montpellier pendant 5 ans puis à Arles-Avignon. J’ai également fait toutes les niveaux de la fédération jusqu’en espoir. »

Garry Bocaly à l’échauffement sous les couleurs de l’Olympique de Marseille © om.net

Mediaphore : Parmi tous les grands joueurs de football, lequel sort du lot à vos yeux ?

Garry Bocaly : « Ronaldo, le vrai de l’époque et Ronaldinho ? »

Mediaphore : Un conseil à donner à joueur qui démarre sa carrière dans le football…

Garry Bocaly : « Je lui dirais de prendre plaisir, de se battre et de croire en ses rêves. Il faut surtout écouter son éducateur car c’est en écoutant qu’on applique les bons conseils. »

Mediaphore : Dire que jouer au football n’est pas considéré comme étant un métier, que pourriez-vous y répondre à cela ?

Garry Bocaly : « Lorsqu’on quitte sa famille et qu’on fait des sacrifices très jeunes, c’est déjà un métier. Dans toutes ces étapes à franchir, il n’y a que deux ou trois joueurs qui parviennent à signer le contrat professionnel. Certes on vit notre passion mais il y a beaucoup de sacrifices derrière. C’est un plaisir de pouvoir vivre de sa passion. »

© mhscfoot.com

Mediaphore : Nous demandons souvent à nos passionnés interviewés de choisir un mot pour résumé leur rapport avec leur discipline. Quel est le vôtre ?

Garry Bocaly : « Passion. Parce que l’émotion qu’on arrive à fournir aux autres et que j’ai connue avec le fameux titre de Montpellier. Je croise des personnes qui me remercient, cette passion, il ne faut pas la perdre. »

Articles similaires

Laisser un commentaire