Pexels

Entre 2015 et 2016, l’intérim accuse une nette progression aux Antilles et en Guyane. Mais la durée moyenne des missions dans les départements d’Outre-mer.

Selon la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIEECTE), le marché de l’intérim en Martinique, la Guadeloupe et la Guyane a connu une progression entre 2015 et 2016. « L’évolution globale des DOM (hors Mayotte) est ainsi nettement positive en 2016 (+21,6%) malgré le recul réunionnais [(-6,9%)], contrairement à 2015 », précise l’étude de la DIEECTE Guadeloupe.

Martinique

Le territoire a connu en 2016 une forte hausse de son activité intérimaire (+58, 4%). Le nombre de contrats signé est également en hausse (+ 80,4% entre 2015 et 2016 soit 43 723 contrats). Cependant, la Martinique reste un territoire qui a très peu recours aux emplois intérimaires. Ils ont représenté 1,7% du marché de l’emploi en 2016, alors qu’en France hexagonale ce taux atteint 3,1%.

Sur l’ensemble du territoire, les secteurs qui embauchent le plus en intérim sont le commerce, la réparation automobile (à eux deux, ils représentent 46,1% des emplois intérimaires en Martinique en 2016) et la construction ( 21,7% des emplois intérimaires). Néanmoins, même si la construction est un secteur qui recrute, il a connu une baisse significative de son activité entre 2015 et 2016 (-18,7 %).

Même si l’intérim se porte relativement bien en Martinique, on constate une diminution de la durée des missions en 2016. En effet, ces dernières ont duré en moyenne 1,6 semaines en 2016, contre 1,9 en 2015. Seul le secteur de la construction tire son épingle du jeu avec une durée moyenne de mission de 3,9 semaines. À contrario, dans le secteur du commerce la durée des missions est la plus faible avec 1,1 semaine en moyenne, bien qu’il soit l’un des secteurs qui fait le plus appel aux intérimaires.

© DIECCTE/ DARES

Guadeloupe

En Guadeloupe, la hausse de l’activité est notable, bien qu’inférieure à celle de Martinique (33,1%). Le nombre de contrats signé est lui aussi en augmentation (58% soit 38 448 contrats). Il est intéressant de noter que le taux de recours à l’intérim en Guadeloupe est supérieur aux autres Départements et régions d’Outre-mer (DROM). Dans ce territoire, ce taux atteint 1,8% en 2016 contre 1,7% pour la moyenne des DROM.

À l’instar de la Martinique, c’est dans le secteur le commerce que se trouve le taux le plus élevé de contrats intérimaires (53,3 %) – soit une hausse « spectaculaire » de 112,8 % des emplois entre 2015 et 2016. Dans le secteur de la construction, on relève un taux de 29,7% (soit une hausse de 16,7% entre 2015 et  2016).

La durée des missions intérimaires en Guadeloupe est en baisse, à l’image de l’île voisine. Elle est passée de 2,2 semaines en 2015 à 1,8 semaines en 2016. Néanmoins, la durée des missions intérimaires en Guadeloupe est en hausse par rapport aux autres DROM (sauf Guyane) et identique à celle de la France hexagonale.

© DIECCTE / DARES

Les durées de contrats dans le secteur de la construction sont plus longues (5,3 semaines en Guadeloupe, contre 4,4 dans le reste des DROM).

Guyane

La Guyane est le deuxième département à connaître une forte progression de l’emploi intérimaire en 2016 (+48% par rapport à l’année précédente). Mais on observe une hausse moins importante du nombre annuel de contrats signés (35,9 % soit 16 185 contrats). Le taux de recours à l’intérim en Guyane, dépasse largement celui des autres DROM (3,1 %) et est presque comparable à celui de la France hexagonale (3,3%).

En Guyane, également, le commerce est un secteur qui recrute un grand nombre d’intérimaires. Cependant, le pourcentage est beaucoup plus faible qu’en Guadeloupe et Martinique. Il ne représente « que » 35% des emplois. Cela est dû au fait qu’en Guyane, la construction est un secteur très présent. En 2016, il a représenté un taux de 48,9% d’embauches.

Concernant la durée des missions, la tendance est le même en Guyane. On remarque une baisse sur l’année 2015/2016. En 2015, la durée des missions était de 4,5 semaines. Elle est passée à 3,1 semaines en 2016. Tout comme en Guadeloupe, la durée moyenne des missions en Guyane est supérieure à celle des autres DROM (3,1 % en Guyane contre 1,7  % dans les autres DROM).

© DIECCTE / DARES

Dans le secteur de la construction, la durée moyenne des contrats en Guyane est également largement supérieure aux autres DROM (6 semaines en Guyane, contre 5,3 semaines en Guadeloupe et 4,4 semaines dans les autres DROM). Enfin, la durée moyenne des missions en Guyane est même supérieure à celle de l’Hexagone (1,8 %).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.