L’Uruguay devient le premier pays au monde à mettre en vente du cannabis dans les pharmacies, quatre ans après le texte de loi voté en 2013 permettant la légalisation de la marijuana dans les pharmacies. La commercialisation de ces produits reste cependant sous le contrôle de l’Etat. 

Entre cultiver de l’herbe sous son propre toit en vue d’une consommation personnelle, adhérer à un club cannabique ou depuis ce mercredi, se rendre simplement à la pharmacie et acheter pour 1,30$ l’équivalent d’1,30 € son gramme de drogue douce, les Uruguayens ont le choix et c’est peu de le dire !

La consommation étant régulée, les acheteurs sont limités à l’achat de 10 grammes par semaine. Difficile de contourner cette règle car chaque consommateur est tenu de s’inscrire sur un registre lors de leurs achats.

Un texte de loi voté en 2013 permettait déjà la mise en vente de cannabis dans les pharmacies uruguayennes mais c’est seulement en 2017, que l’Etat parvient enfin à légaliser la distribution de cette drogue sur le marché pharmaceutique. Un décalage de quatre ans s’expliquant par la crainte de certaines grandes chaînes. D’ailleurs le cannabis est, pour l’instant disponible que dans 16 pharmacies. L’Etat tente encore d’obtenir les accords des grandes chaînes pharmaceutiques.

Les dernières données de l’IRCCA révèlent que depuis le 2 mai dernier, 5 000 personnes se sont inscrites sur les registres des consommateurs.

Si les Uruguayens peuvent consommer leurs drogues en toute tranquillité sous certaines conditions, en France, la dépénalisation est loin d’être appliquée. Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb avait toutefois annoncé en mai dernier que normalement, dans quelques mois, les consommateurs écoperont uniquement d’une contravention. Des peines beaucoup plus légères.

Articles similaires