Le député de la 1ère circonscription de la Guadeloupe a été élu ce mardi 18 juillet, président de la délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale. Cette délégation compte 25 députés dont l’ancienne ministre, George Pau-Langevin et la députée martiniquaise du Val d’Oise, Maud Petit.

Après avoir été élu député de la 1ère circonscription de la Guadeloupe, Olivier Serva, du parti La République en marche! est désormais président de la délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale. Deux autres députés se disputaient également ce siège : l’ancienne ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts et le député réunionnais Thierry Robert (MoDem). L’homme politique guadeloupéen succède ainsi au Réunionnais Jean-Claude Fruteau, à la tête d’une délégation qui compte les 25 députés d’Outre-mer dont notamment l’ancienne ministre des Outre-mer, George Pau-Langevin et la députée martiniquaise du Val d’Oise, Maud Petit.

Expert-comptable de profession, Olivier Serva devient conseiller régional de la Guadeloupe, puis vice-président du Conseil régional et président de la commission du développement économique. Il continue alors son ascension politique non sans encombrements.

Quand le passé rattrape Olivier Serva

Sa candidature à la présidence de la délégation Outre-mer de l’Assemblée nationale n’a pas fait que des heureux. Le député LREM, François-Michel Lambert a confié à France-Antilles Guadeloupe être contrarié par la candidature de l’homme politique concerné : « J’ai honte qu’il ose ! Il n’est pas légitime. »

Durant la dernière campagne des législatives, le tout nouveau président avait d’ailleurs été au centre d’une polémique sur Internet. Le site d’actualités StreetPress avait diffusé sur Facebook une vidéo datée de 2012 dans laquelle le nouveau président de la délégation Outre-mer, Olivier Serva qualifiait l’homosexualité « d’abomination ».

« Quand je lis la Bible, il est écrit qu’un homme qui couche avec un homme ou une femme avec une femme, c’est une abomination », peut-on l’entendre dire dans cette vidéo. Condamné par l’opinion publique, il a par la suite présenté des excuses publiques « auprès des personnes [qu’il a] pu blesser».

Articles similaires