Le père fondateur de l’Université des Antilles et de la Guyane devenue aujourd’hui l’Université des Antilles, Charles Julius est décédé mardi 18 juillet 2017 à Fort-de-France. Discret, l’homme scientifique a bâti un lieu de savoir sans faire de bruit.

Poser les premières pierres d’une université et passer (presque) inaperçu. C’est ce qu’a fait Charles Julius, décédé ce mardi 18 juillet à Fort-de-France suite à une longue maladie. Il était géologue de profession. L’homme scientifique était une personne discrète. Il n’aimait pas les éloges. C’est peut-être pour cette raison qu’il est méconnu. « Il y a des gens de sa famille qui ne savent pas qu’il a créé l’université des Antilles et de la Guyane« , constate Marie-Line Brithmer, sa fille unique.

Charles Julius est né en septembre 1930. Il part faire des études scientifiques à Bordeaux en 1951. Le géologue est assistant dans un laboratoire à Bordeaux quand le recteur de l’académie, monsieur Babin et le doyen de la faculté des sciences, monsieur Calas, font appel à lui afin de mettre en place un centre d’enseignement supérieur en Martinique. Sans locaux ni agents administratifs, le scientifique a du tout mettre en place. Recruter les personnels enseignants, agents de laboratoire etc…

Un centre d’enseignement supérieur scientifique (CESS) en Martinique et un centre d’enseignement supérieur littéraire (CESL) en Guadeloupe ont alors vu le jour.

En 1968, les deux centres d’enseignement des Antilles se regroupent pour créer le centre universitaire des Antilles-Guyane. Le fondateur obtient alors la présidence. Quatre ans plus tard, Jacques Adélaïde Merlande le succède.

Dans un communiqué, le Président de l’Université des Antilles, le Professeur Eustase Janky a tenu a rendre hommage ce mercredi à « l’un des pères fondateurs de notre Université. A la fois homme de culture et scientifique rempli d’empathie, Charles Julius fut Président de l’assemblée constitutive du Centre Universitaire des Antilles et de la Guyane de 1969 à 1972. Je salue ici un ancien Président, un véritable bâtisseur, un humaniste. »

L’homme avant le père

Charles Julius habitait à Schœlcher, non loin de Madiana. Ensuite sur la route de la Pointe de Jaham. Ses parents habitaient à Batelière. Schœlcher a été un lieu d’ancrage pour l’homme. C’est d’ailleurs lui qui a choisi l’emplacement actuel de l’Université, à Schœlcher.

Son frère, Guy Julius garde à l’esprit l’homme qui a très vite endosser les responsabilités. « Nous étions sept dans la famille. C’était l’aîné. À cette époque, on avait des responsabilités très jeune« , réussit-il à dire entre deux sanglots. En plus de ces fonctions de père et de premier président de l’Université des Antilles-Guyane, il aimait faire la cuisine, les voyages et ces petits-enfants.

Sa femme enseignait. Elle était principale d’un collègue qui porte aujourd’hui son nom. Jacqueline Julius à Godissard. Elle est décédée en 2001.

C’est une disparition soudaine pour ses proches. « On ne s’y attendait pas« , déclare Marie-Line Brithmer. Charles Julius était autonome, il vivait seul depuis la mort de sa femme. Il se battait tous les jours contre son cancer de la prostate et ce depuis des années, selon les dires de sa famille.