©Olivier Serva /Facebook

Olivier Serva, le candidat de La République en Marche (LREM) aux législatives en Guadeloupe, dans la première circonscription, se retrouve au cœur d’une polémique, suite à des propos très durs au sujet de l’homosexualité sur le plateau de Guadeloupe 1ere, il y a cinq ans.

C’était 2012, sur un plateau de télévision d’une émission de Guadeloupe 1ere, à l’époque des polémique autour du mariage pour tous, qu’Olivier Serva faisait part de ses convictions religieuses et des raisons de son opposition à l’union de deux personnes de même sexe. « Pour le chrétien que je suis, quand je lis la Bible, (…) il est écrit qu’un homme couchant avec un homme ou une femme couchant avec une femme, c’est une abomination« . Selon lui, il explique que l’homosexualité est un « péché » et qu' »être tolérant ce n’est pas accepter l’intolérable« .

Devenu candidat aux élections législatives pour la République en Marche, le parti politique d’Emmanuel Macron, ces affirmations, ressorties par le site Street Press, ont défrayé la chronique le 31 mai. En effet, En Marche a fait de l’exemplarité de ses élus, ou ministres un leitmotiv. Cette mise en cause pour des propos homophobes vient donc écorner l’image d’Olivier Serva.

Mais, dans un communiqué, le candidat à la députation dans la première circonscription, est revenu sur ses propos en disant « Je m’excuse auprès des personnes que j’ai pu blesser pour cette prise de parole outrancière et je retire ces propos qui ne correspondent pas à mes convictions. C’était une faute ». Répondant à plusieurs interviews, Olivier Serva a réitéré ses propos plusieurs fois, récusant l’idée même d’homophobie.

Le candidat devrait néanmoins s’entretenir formellement avec le conseil d’administration de la République en marche, pour statuer sur son investiture.

La République en marche a confirmé vendredi 2 juin l’investiture pour les élections du candidat Olivier Serva, qui se présente en Guadeloupe, après avoir vérifié que « sa situation ne contrevenait pas aux critères fixés ».

Le travail des associations

Du côté de Total Respect, (Tjembé Rèd), une association militante des droits LGBT, on espère que « ces excuses ne soient pas que de circonstances », selon les propos de David Sar Auerbach-Chiffrin, le porte-parole de l’organisation. Depuis plusieurs semaine, l’association avait demandé à la République en marche de « retirer l’investiture donnée en Guadeloupe pour les élections législatives à Olivier Serva, président du parti « Eko Zabym ».

Par ailleurs, la fédération rappelle dans un communiqué que « le parti d’Emmanuel Macron a investi Gabrielle Louis-Carabin dans la 2ème circonscription de Guadeloupe: députée RPR, UMP puis PS, elle partait en guerre, en 2011, contre la «théorie du genre» avant de voter contre le mariage pour tous. » L’organisation militante, souhaite également engager une rencontre pour discuter avec les candidats de la Guadeloupe des mesures à prendre pour lutter contre l’homophobie.

Articles similaires

Laisser un commentaire