La holding Antilles Guyane Médias (AGM-France-Antilles et France-Guyane) et ses filiales appartiennent désormais à la société AJR Participations. Une nouvelle page s’ouvre pour le groupe, après plusieurs semaines de suspens.

Après une longue attente, les salariés du groupe Antilles Guyane Média sont désormais fixés sur leur sort. Ce mardi, le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France a décidé ce mardi de confier la reprise de la holding Antilles Guyane Médias (AGM-France-Antilles et France-Guyane) et de ses filiales à la société AJR Participations, l’une des deux candidates à la reprise du groupe.

A la tête d’AJR Participations, Aude Jacques-Ruettard, la petite fille par alliance de Robert Hersant et actionnaire minoritaire actuel du Groupe Hersant Média. Dès l’appel à repreneur formulée par l’administrateur judiciaire à la suite de la mise en cessation de paiement d’AGM, Aude Jacques-Ruettard s’était mise sur les rangs pour « sauver France-Antilles. »

Alors qu’elle était en compétition avec un autre repreneur qui n’était autre que Marc Laufeur, la société AJR Participations aurait fait la différence dans la forme de son offre. La petite-fille de Robert Hersant avait très tôt annoncé son intention de préserver tous les postes en place à un poste près puisque le repreneur conserve 298 postes sur les 299 que comptaient AGM et ses filiales. De son côté, la société « She Three » de Marc Laufer envisageait notamment la suppression de plusieurs dizaines de postes.

AJR Participations s’est engagée à maintenir l’emploi de tous les salariés « au moins durant deux ans » à l’exception du poste du directeur général ; et à ne procéder à aucun licenciement économique durant la même période. En outre, la création de six postes est prévue dès la première année pour renforcer les équipes. La modernisation des infrastructures du groupe, le « passage en quadrichromie intégrale », des parutions de magazine plus fréquentes, la création de studios vidéo et le renforcement de contenus numériques payant sont également inscrits dans ce projet.

Dans un communiqué de presse, la Société des Journalistes de France-Antilles-Guyane et le Syndicat National des Journalistes prennent acte de la décision du tribunal mixte de commerce de Fort-de-France, rendue ce mardi 13 juin au sujet de la reprise de la holding Antilles Guyane Médias et de ses filiales.

« À ce stade, ils ne peuvent que se féliciter de la décision rendue ce mardi puisque, assez rapidement, tant la SDJ que le SNJ s’étaient prononcés en faveur du projet qui favoriserait la préservation de l’emploi. Il s’agissait, pour ces instances, d’une condition sine qua non à la pérennité d’une entreprise de presse déjà très éprouvée par la perte de plus de 230 postes depuis 2010 sur les trois départements », peut-on lire dans ce communiqué transmis ce mardi par Rodolphe Lamy, journaliste à France-Antilles Martinique et Président de la Société des Journalistes de France-Antilles-Guyane.

Selon Le Figaro, AJR Participations injecterait 8 millions dans l’immédiat pour la transformation de l’entreprise et un retour à l’équilibre financier en trois ans. Dans sa décision, le tribunal fixe la date « d’entrée en jouissance » du repreneur au « 16 juin 2017 à minuit ».