Samedi 17 juin, les électeurs guadeloupéens se sont rendus aux urnes pour le second tour des élections législatives 2017. Ce seront quatre nouvelles têtes qui prendront place dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Deux femmes et deux hommes, jamais élus à cette fonction auparavant. Trois d’entre eux ont assuré leur soutien à la majorité présidentielle.

Seuls 30,65% des Guadeloupéens se sont rendus aux urnes samedi 17 juin, soit un jour avant les électeurs de la métropole, pour le second tour des élections législatives. À l’instar de la métropole, cette élection a été marquée par un fort taux d’abstention – mais moins important qu’au premier tour où il atteignait 74,4%. Ce sont quatre nouveaux députés, deux hommes et deux femmes, qui siégeront au sein de l’Hémicycle. Une circonscription a été remportée par un candidat LREM et les trois autres par des candidats divers gauche et socialiste.

À l’issue des deux scrutins, sur 82 candidats, sont élus pour la première fois : Olivier Serva, candidat La République en marche, dans la première circonscription. Il devance son adversaire Rosan Rauzduel, candidat divers gauche, avec 61,74% des voix. Dans le deuxième circonscription, c’est la candidate divers gauche, Justine Bénin, qui l’emporte face à Diana Perran, soutenue par La République en marche, avec 64,26 % des suffrages. La troisième circonscription est remportée avec 65,15% des voix par le candidat divers gauche, Max Mathiasin, soutenu par le PS au second tour. Dans la quatrième circonscription c’est la candidate PS, Hélène Vainqueur, qui est élue avec 61, 61% des suffrages. Hormis la candidate PS, tous les autres élus ont assuré marcher pour la « majorité présidentielle », quel que soit leur engagement initial.

Pour mieux connaître ces nouveaux députés:

1ère circonscription : Olivier Serva (REM)

©Olivier Serva – page Facebook

Âgé de 43 ans, c’est un homme engagé : président du mouvement Eko Zabym (fondé en 2010), il a commencé sa carrière politique en 2008, lorsqu’il appartenait à l’antenne des Abymes, de la Fédération du Parti Socialiste. En Guadeloupe il possède plusieurs casquettes : d’abord expert-comptable, il est également professeur agrégé d’économie et de gestion à l’Université des Antilles. Dans la sphère politique, outre son engagement aux Abymes, sa commune, il est également le vice-président de la Région en charge du développement économique. Pour ces législatives, où il se présentait pour la première fois, il a décidé de rejoindre le mouvement du président Emmanuel Macron, La République en Marche (LREM). Sa candidature a été légèrement chahutée par un retour sur le devant la scène de propos qu’il avait tenu en 2012, en plein débat sur le mariage pour tous, où il qualifiait, l’homosexualité « d’abomination. » Ayant présenté ses excuses, son investiture par La République en marche ne lui a pas été retirée. C’est donc lui qui a été élu, à plus de 60% des voix.

2ème circonscription : Justine Bénin (DVG)

©Affiche de campagne Justine Bénin

Cette femme politique de 42 ans est très active dans la politique locale. Elle officie depuis plusieurs années, notamment au Moule où elle est élue aux élections municipales en 2008, sur la liste de Gabrielle Louis-Carabin (alors à l’UMP jusqu’en 2009 – maintenant DVG). En 2010 lors des élections régionales, Justine Bénin change de bord politique et rejoint la liste de Victorin Lurel, élu président de Région. Conseillère à Pôle Emploi en Guadeloupe, elle s’est mise en retrait de son emploi pour se consacrer pleinement aux élections législatives, qu’elle a remportées à hauteur de plus de 64%.
La candidate divers gauche avait demandé dans un premier temps à être investie par La République en marche. Mais c’est sa rivale, Diana Perran qui a été choisie par le parti d’Emmanuel Macron. Toutefois, Justine Bénin s’est quand même réclamée de la majorité présidentielle.

3ème circonscription : Max Mathiasin (DVG)

©Max Mathiasin – page Facebook

Directeur administratif et financier à l’organisme de formation régional Guadeloupe Formation, Max Mathiasin, présentait pour la deuxième fois sa candidature à la députation. Conseiller municipal, puis départemental, dans le canton de Sainte-Rose… L’homme âgé de 61 ans possède une longue carrière politique. En 2012, il avait échoué dans la course aux législatives face à Ary Chalus – actuel député et président de la Région Guadeloupe. Marié et père de famille, il a été un membre important de la fédération guadeloupéenne du Parti socialiste. Ses relations tendues avec Victorin Lurel ont provoqué une scission en 2015. Il a ensuite fondé son propre parti, le « Mouvement d’action et de réflexion pour la Guadeloupe ». Le nouveau député, étiqueté divers gauche et élu ce 17 juin avec plus de 65% des voix dans sa circonscription, assure qu’il se moulera dans la majorité présidentielle.

4ème circonscription : Hélène Vainqueur-Christophe (PS)

©Hélène Vainqueur-Christophe – page Facebook

Pharmacienne dans la vie civile, Hélène Vainqueur-Christophe, 61 ans, est mariée et mère d’un enfant. Elle s’engage pour la première fois aux côtés de Victorin Lurel aux élections régionales en 2004, dont elle sera la suppléante aux législatives de 2012. Lorsque ce dernier est devenu ministre, c’est elle qui a géré son mandat de député à sa place. Dans ce cadre, elle fut rapporteuse de la loi sur la qualité de l’offre alimentaire en Outre-mer de 2013. En Guadeloupe, elle est maire de Trois-Rivières et présidente de la société d’économie mixte Patrimoine Région Guadeloupe et du Centre de gestion de la Guadeloupe. Elle a été soutenue par le Parti socialiste pour ces législatives, qu’elle a remporté avec 61,61% des voix.

 

Suite à leur entrée à l’Assemblée nationale, ces quatre députés découvriront les ressorts de leurs fonctions. Bien qu’ils devraient suivre les projets de loi et accorder leur soutien à la majorité présidentielle, leurs électeurs pourront leur travaux dans l’Hémicycle, sur le site internet de l’Observatoire citoyens de l’activité parlementaire : nosdeputes.fr