La conjonctivite est de retour ! Après une longue absence, l’épidémie refait surface de façon très virulente. On le constate surtout en Guadeloupe et en Martinique.

Selon le dernier point épidémiologique de l’Agence Régionale de Santé (ARS) Martinique, les cas de conjonctivite se sont multipliés et connaissent une très forte hausse sur ces dernières semaines.

Ainsi, en Guadeloupe, 3 020 cas ont été enregistrés depuis le début de l’épidémie à la mi-mai. Selon l’ARS,  » l’éclosion épidémique a débuté à Marie-Galante et a ensuite été diffusé sur la Grande-Terre puis la Basse-Terre récemment. »

La Martinique, n’est pas en reste. L’épidémie a débuté plus tôt que dans l’île sœur (deuxième semaine du mois de mai), mais a fait moins de dégâts, si l’on peut dire. Le Pôle Epidémiologique de l’ARS ne recense « que » 2 840 cas. Cependant, S.O.S Médecins à constaté une augmentation du nombre de visites réalisés par les médecins de l’association, ainsi que du nombre de consultations chez un généraliste, ces deux dernières semaines.

Les communes les plus touchées 

Précisons tout d’abord que le nombre de cas par habitants est plus élevé en Martinique qu’en Guadeloupe. La Martinique fait état de 60 cas pour cas pour 10 habitants, selon le P.E. de l’ARS. Alors qu’en Guadeloupe, pour le même nombre d’habitants on atteint les 44 cas. Cependant, quand on y regarde de plus près entre les communes les taux sont assez disparates.

Ainsi, en Guadeloupe, Vieux-Habitants est la commune la plus durement frappée par le virus avec 220 cas pour 10 000 habitants. S’ensuit la commune de Grand-Bourg à Marie-Galante avec 86 cas pour 10 000 habitants, puis la majorité des communes de la Grande-Terre (notamment Petit-Canal et les Abymes avec 60 cas pour 10 000 habitants). Il existe néanmoins des exceptions. C’est le cas des communes de Gourbeyre et Deshaies, ainsi que de l’île de La Désirade (voir graphique ci-dessous).

© Crédit Photo : ARS Martinique

En Martinique également la disparité se fait ressentir. Le Diamant (située dans le  Sud de l’île) est la commune la plus touchée (200 cas pour  10 000 habitants). La capitale foyalaise est également sur le haut du podium avec 130 cas pour 10 000 habitants. Schoelcher referme la marche avec 105 cas pour 10 000 habitants. Tout comme en Guadeloupe, certaines communes n’ont recensé aucun cas de conjonctivite, on peut citer le Prêcheur, le Gros-Morne, Trinité et Sainte-Luce (voir  le graphique ci-dessous). L’ARS note enfin une progression de l’épidémie sur le territoire, précisant qu’elle touche 30 communes sur les 34 que comptent le département.

© Crédit Photo : ARS Martinique

Notons qu’en comparaison, l’île de Saint-Barthélémy, ne comptabilise que 5 cas pour la semaine du mois de juin.

Quelques précautions à prendre pour éviter toute contamination

Il est recommandé, lors de période de recrudescence de virus, comme celle-ci de :

•  Se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou friction hydroalcoolique
particulièrement après chaque mouchage ou après un séjour aux toilettes

• Eviter de se frotter les yeux

• Pour le nettoyage des yeux, rincer l’œil avec du sérum physiologique
et l’essuyer avec un mouchoir en papier à usage unique.

• Eviter de toucher une personne atteinte de conjonctivite, surtout au
niveau du visage et des mains.

• Ne pas partager les serviettes de toilette et le linge de lit

• Eviter de toucher des objets utilisés par des personnes atteintes
comme des produits de maquillage, des stylos …

• En cas de signes ORL (rhinite, nez qui coule, etc.) associés à des signes de conjonctivite, il est
fortement conseillé de nettoyer les fosses nasales et d’utiliser des mouchoirs à usage unique
En présence de signes de conjonctivite (rougeur, yeux collés, sensation de brûlure,
larmoiement), il est conseillé de consulter rapidement son médecin traitant.