Simone Veil est décédée aujourd’hui à l’âge de 89 ans. Ancienne déportée et femme politique, elle a notamment marqué les esprits pour son combat pour le droit à l’avortement.

Simone Veil est décédée aujourd’hui à l’âge de 89 ans. Ancienne déportée et rescapée de la Shoah, elle avait 16 ans quand ses parents, sa sœur et ont été déportés à Auschwitz. Cette femme « debout » s’est fait une place dans le paysage politique français en luttant notamment pour le droit des femmes. Elle a été nommée ministre de la Santé en mai 1974. C’est à ce moment qu’elle revendique le droit à l’IVG (interruption volontaire de grossesse, ndlr) lors d’un débat houleux. Elle devient alors le symbole de la cause féminine.

Elle fut aussi la première femme présidente du Parlement européen et entre à l’Académie française en 2008. Anne Hidalgo, la maire de Paris annonce aujourd’hui qu’elle rendra hommage à l’ancienne femme de droit en prêtant son nom à un lieu important de Paris.

Les politiques d’Outre-mer réagissent

Les politiques des Outre-mer saluent les œuvres de l’ancienne déportée sur leur compte Twitter. François Baroin, ancien ministre des Outre-mer, Corinne Narassiguin, porte parole du Parti socialiste à La Réunion, Harlem Désir, ancien secrétaire d’état chargé aux Affaires européennes mais aussi Yves Jégo, ancien secrétaire d’état chargé aux Outre-mer, qui publie sur son site internet personnel un texte ayant pour titre « Simone Veil entre aujourd’hui dans le roman national ».

Articles similaires