Le groupe Antilles Guyane Média, ex France-Antilles a été placé en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Fort-de-France, le 11 mai dernier. Deux repreneurs sont sur le qui-vive pour racheter le quotidien local des Antilles-Guyane. Verdict: le 13 juin prochain.

Qui sauvera France-Antilles ? Le tribunal de commerce de Fort-de-France a prononcé la mise en liquidation judiciaire du groupe Antilles Guyane Media (anciennement France-Antilles) avec poursuite de l’activité durant trois mois, le 11 mai dernier. L’administrateur judiciaire avait publié un appel à repreneur le 10 avril. Deux candidats se sont manifestés pour racheter le groupe médias.

Le choix du futur repreneur du premier quotidien local d’informations dans les Antilles et la Guyane a été examiné lors d’une audience tenue à huit clos du tribunal de commerce de Fort-de-France, le 6 juin prochain. Le juge du tribunal a annoncé qu’il rendra sa décision mardi 13 juin.

Confronté depuis plusieurs années à des difficultés financières, le groupe réunissant des sociétés éditrices de titres et des régies publicitaires à la Guadeloupe, en Martinique et en Guyane a été déclaré en cessation de paiement début avrilEn 2016, sur un chiffre d’affaires de 40 millions d’euros, la société aurait cumulé 6 à 7 millions d’euros de pertes.

Un proche d’Hersant ?

Il se pourrait bien que titre France-Antilles change de main mais pas de famille. Aude Jacques-Ruettard, petite-fille par alliance de Robert Hersant et nièce de Philippe Hersant est la première à s’être manifesté pour le rachat du groupe. La femme d’affaires détient 38% d’Antilles Guyane Media via son holding personnel AJR Participations. Elle s’est d’ores et déjà engagé à « préserver les emplois » du groupe, a-t-elle affirmé dans un communiqué publié dans les éditions de Guadeloupe et de Martinique et dans France-Guyane, intitulé « Comment sauver France-Antilles ».

Un autre spécialiste des médias s’est aussi porté candidat à la reprise du groupe. Il s’agit de Marc Laufer, ancien directeur général d’Altice Media Group et actionnaire majoritaire de Newsco Group. Il a également déposé une offre de rachat d’Antilles Guyane Media, via la société She Three. Cette dernière comprendrait la suppression de 89 postes dont 16 postes de journalistes aux Antilles. L’homme d’affaires est déjà le détenteur de Radio Transat, station musicale diffusée sur l’ensemble des Antilles françaises.