Ce vendredi 21 avril 2017, un protocole d’accord a été signé entre le collectif de grévistes guyanais « Pou La Gwiyann Dékolé » et le gouvernement. « L’Accord de Guyane » englobe un plan d’urgence immédiat de 1,1 milliard d’euros. Les barrages routiers sont levés et la vie reprend peu à peu son rythme normal en Guyane, après un mois de mobilisation.

Retour à la normale progressif en Guyane. Les services de l’accueil du public de la préfecture rouvrent peu à peu. Le collectif « Pou La Gwiyann Dékolé » (à la tête de la mobilisation), les socioprofessionnels, les élus et l’Etat ont signé un protocole d’accord visant à mettre fin à la grève générale qui paralysait le territoire depuis maintenant un mois.

Un accord synonyme de soulagement pour la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts. « En signant l’Accord de Guyane, le Gouvernement s’est mobilisé de manière historique en faveur du territoire guyanais. A l’écoute des attentes légitimes des Guyanaises et des Guyanais, et fidèle à sa méthode de co-construction, Ericka Bareigts s’est constamment investie pour acter les avancées de l’Accord de Guyane », a-t-elle salué dans un communiqué de presse. Le préfet du territoire, Martin Jaeger, salue « un acte fondamental ». Eric Vaillant, le procureur de la Guyane se réserve le droit de « donner les suites qu’il estime aux comportements susceptibles de constituer des infractions pénales »

 

Que contient cet accord ?

Selon les premières informations dévoilées par le ministère des Outre-mer, cet accord engloberait un plan d’urgence immédiat d’1,1 milliard d’euros proposé depuis plusieurs semaines par l’Etat, comprenant des mesures en matière d’éducation, de santé et de sécurité. Il prévoit notamment un soutien exceptionnel à la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) afin de lui permettre de payer ses fournisseurs et de relancer la commande publique, à hauteur de 212 millions d’euros, ainsi qu’un soutien fort aux constructions scolaires en Guyane face à la progression de la démographie dans les collèges et les lycées, à hauteur de 400 millions d’euros, précise par ailleurs le ministère. L’accord « acte » également la demande de mesures supplémentaires du collectif et des élus à hauteur de 2,1 milliards d’euros.

Autre point essentiel, la validation de l’Accord de Guyane qui comprend les 15 accords thématiques supplémentaires, signés à la suite des ateliers organisés dans la nuit du 1er au 2 avril 2017. Il acte ainsi des avancées considérables dans les domaines de l’agriculture, de l’économie, de la pêche, du BTP, des transports, des activités minières, du logement, du tourisme, de la justice-sécurité, des populations amérindiennes et bushiningue, des énergies renouvelables, de la filière bois, de la petite enfance, de l’éducation routière et des TPE. Soit autant de mesures concrètes et essentielles pour les Guyanaises et les Guyanais.

Articles similaires